Finances publiques : les cabinets ministériels ne connaissent pas la crise

le , mis à jour à 07:54
6
Finances publiques : les cabinets ministériels ne connaissent pas la crise
Finances publiques : les cabinets ministériels ne connaissent pas la crise

Le candidat Hollande voulait plafonner les effectifs des cabinets ministériels. Son premier chef de gouvernement, Jean-Marc Ayrault, avait arrêté le chiffre à quinze collaborateurs par ministre à son arrivée à Matignon, en 2012. Sous Manuel Valls, son successeur, leur nombre a bondi de 22 % !

 

C'est l'un des enseignements de l'analyse très détaillée du document budgétaire sur les effectifs des cabinets ministériels qu'a réalisé René Dosière, député PS de l'Aisne, spécialiste de la gestion des finances publiques.

 

Ses conclusions sont sévères. Depuis sa nomination en 2014, le gouvernement de Manuel Valls a vu ses effectifs globaux augmenter de 220 personnes en même temps que le nombre de ministres est passé de 31 (en 2014) à 38 (en 2016). Et les effectifs des collaborateurs se sont envolés. C'est d'ailleurs du côté de Matignon que la hausse est la plus importante. Un simple coup d'œil à son organigramme suffit à s'en convaincre. Le seul pôle communication, discours, presse du chef du gouvernement compte... sept conseillers ! Sans parler des chargés de mission... Autres ministères pointés : celui de la Réforme de l'Etat, qui a enregistré une hausse de 21 % de ses effectifs ces deux dernières années. Le ministère de l'Intérieur et le ministère du Numérique enregistrent, eux, chacun une augmentation de 17 %.

 

Autre apprentissage de l'étude réalisée par cet expert de la « chasse au gaspillage » des deniers publics : les salaires très élevés de ces collaborateurs. « La rémunération individuelle a diminué de 4,4 % au cabinet du Premier ministre et de près de 10 % au sein des cabinets ministériels », tempère Dosière qui déplore que ces rémunérations restent trop élevées. Les mieux lotis officient au ministère de l'Intérieur (plus de 9 800 € brut mensuels en moyenne), à l'Enseignement supérieur (9 691 €) et à la Défense (plus de 9 600 €). En bas de classement, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 4 mois

    Copains et coquins les impôts des contribuables pour engraisser les énarques. quand aux économies budgétaires c'est pour les autres , ALORS QUE L'EXEMPLE DOIT VENIR D'EN HAUT.

  • M898407 il y a 4 mois

    Avec ce gouvernement on bat tous les records de médiocrité, de gaspillage et de déclarations mensongères.... Il va falloir leur faire rendre des comptes un jour !

  • a.lauver il y a 4 mois

    On ne s'en étonne même plus

  • axfapi il y a 4 mois

    ah la la ils sont beaux nos donneurs de leçons.plus pou ris je crois qu ils n y en a pas

  • vmcfb il y a 4 mois

    Toute personne ayant acquis ses droits à la retraite doit être dégagé de force.

  • M2266292 il y a 4 mois

    hollande le menteur, qui a trahi le France, les contribuables, qui dépense sans compter....