Finances : des geeks cogitent sur vos impôts

le
0
Finances : des geeks cogitent sur vos impôts
Finances : des geeks cogitent sur vos impôts

Des Hackeurs s'attaquent aux impôts. Mais pas de panique, ils ne sont pas là pour semer le chaos et voler vos données personnelles. Ils ont été invités directement par Bercy. Hier matin, Michel Sapin, ministre des Finances, accompagné des secrétaires d'Etat Christian Eckert (Budget) et Axelle Lemaire (Numérique), a inauguré le tout premier « hackathon » organisé par le gouvernement. Pendant deux jours, plusieurs équipes de développeurs doivent plancher sur le code informatique de la « calculette impôt », qui permet chaque année d'établir le montant d'imposition sur le revenu de plus de 35 millions de foyers fiscaux français. Leur but : trouver des solutions pour améliorer l'efficacité et la qualité de service de l'administration fiscale en ligne.

«Traiter les déclarations en quelques heures plutôt qu'en trois semaines»

La démarche est inédite. « C'est même une première mondiale », revendique Laure Lucchesi, directrice d'Etalab, la mission gouvernementale d'ouverture et de partage des données publiques. Hier, ils étaient une cinquantaine à relever le défi dans la salle de réception de l'hôtel particulier Mercy-Argenteau (Paris IXe), siège français de la fondation américaine Mozilla. Certains sont venus avec des idées abouties. C'est le cas d'Henri et Michel, qui veulent améliorer le délai de traitement des dizaines de millions de déclarations de revenus annuelles. « Il faut trois semaines aujourd'hui, mais nous pensons qu'il est possible de réduire ce délai à quelques heures seulement », souligne Henri. Et ce grâce à une méthode de codage, permettant d'engloutir très rapidement le flot de données informatiques générées.

De l'assistant personnalisé sur mobile à la simulation d'un revenu de base universel, les idées ont rapidement fusé. En tout, une dizaine de porteurs de projets se sont présentés à la tribune, fédérant autour d'eux ceux qui étaient venus sans idée précise mais ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant