Financement participatif : le Web fédère les investisseurs

le
0
Les sites dédiés au financement des projets se multiplient. Mais la réglementation française freine son développement.

Quel est le point commun entre le tubeToi + moidu chanteur Grégoire, la brasserie La Goutte d'Or, à Paris, la bande dessinée Le Chômeur et sa belle et un taxi-brousse qui désenclave les zones rurales du nord du Niger? Tous ces projets ont vu le jour grâce à un financement participatif. Autrement dit, avec l'argent de «micro-investisseurs» réunis sur Internet. Le crowdfunding met en relation l'épargne des ménages avec des «porteurs de projet» via des sites spécialisés. On donne, prête ou place une somme allant de 1000 à 5000 euros, parfois plus, pour soutenir le projet de son choix. La clé de ce type de financement est la multiplication des petites sommes collectées: les porteurs de projets peuvent espérer accumuler un capital s'élevant jusqu'à 100.000 ou 200.000 euros.

L'idée est en plein essor. Selon FinPart, collectif qui regroupe les acteurs de ce secteur, 6 millions d'euros ont été récoltés sur les sites français de ce type (Ulule, Spear, Xetic?

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant