Financement des mosquées : l'idée choc de Valls

le , mis à jour à 08:41
6
Financement des mosquées : l'idée choc de Valls
Financement des mosquées : l'idée choc de Valls

À Strasbourg, c'est l'Arabie saoudite. A Evry, le Maroc. A Roissy-en-Brie, c'est d'Oman qu'est venu l'argent qui a subventionné en partie la mosquée. En France, 20 % des financements des 2 600 lieux de culte musulmans proviendraient de fonds étrangers. Mais hier, trois jours après l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, Manuel Valls a jeté un pavé dans la mare en affirmant dans une interview au « Monde » être « favorable à ce que, pour une période à déterminer, il ne puisse plus y avoir de financement de l'étranger pour la construction des mosquées ». Avec la formation des imams en France, cette mesure est destinée à éviter le risque de mainmise étrangère.

 

La droite crie à l'« hypocrisie »

« Ces déclarations à l'emporte-pièce m'agacent. Si ces fonds sont vraiment douteux, que le Premier ministre les suppriment de manière permanente ! tance Abdallah Zekri du Conseil français du culte musulman (CFCM). Qu'il nous dise alors qui va les financer ? L'Etat ? »

« Manuel Valls part du postulat que la radicalisation se fait dans les mosquées alors qu'elle s'effectue à côté », enchérit Nathalie Goulet, auteur d'un rapport sur le financement de l'islam en France. Du côté des élus LR, Christian Estrosi et Eric Ciotti ont fustigé l'« hypocrisie » du Premier ministre, qui a refusé un amendement LR contre le financement étranger des mosquées et autorisé Ryad a en financer une dans l'ouest de Nice.

« C'est un travail qui doit se faire avec les autorités cultuelles et qui a forcément des conséquences juridiques. Il est trop tôt pour dire si cela finira dans un vecteur législatif », répond-on à Matignon, éludant les questions sur la mise en oeuvre d'une telle interdiction.

Du côté du ministère de l'Intérieur en charge des cultes, l'embarras est palpable. « Dans toutes les pistes de travail, celle-ci n'a pas encore été abordée, même si la question délicate du financement se pose ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3866838 il y a 10 mois

    Il confond financement et contrôle.

  • sarestal il y a 10 mois

    Quand on voit que cet amendement N°89 du 19/07 a été rejeté : ht tp://www.assemblee-nationale.fr/14/amendements/3978/AN/89.asp , on comprend "le problème français". Mais ils ont tellement peur de perdre "cet électorat" en 2017 qu'ils sont prêt à tout.

  • mlaure13 il y a 10 mois

    Le problème est la, les musulmans pas assez impliqués, ont une grande part de responsabilité, puisse qu’il s’agit d’une déviance et radicalisation de leur religion…Cela doit se faire dans une approche paisible d’une réforme religieuse…tout évolue aux fils des siècles et nécessite de nouvelles adaptations…à contrario, il y aura, et sous peu, une confrontation civile qui finira en bain de sang……est-ce cela que vs voulez ?...

  • M3366730 il y a 10 mois

    Encore un effet de manche de M. Valls !

  • bordo il y a 10 mois

    Valls jacasse, procède à l'avancée longitudinale du menton et ne fait RIEN. Comme toujours.

  • dbourge4 il y a 10 mois

    Le financement des mosquées par des pays étrangers notamment l'Arabie Saoudite sont de l'ingérence dans notre pays. Monsieur Valls cautionne cet état de fait en n'interdit antenne pas de telles pratiques. Les socialistes doivent organiser de nouvelles élections immédiatement afin que les français puissent choisir une équipe gouvernementale ayant une volonté de lutter efficacement contre ces terroristes en prenant les bonnes mesuresPas de réfugiés pas de regroupent familia..l