Finance : investir sur la chute d'une météorite sur Terre, c'est possible !

le
2
Finance : investir sur la chute d'une météorite sur Terre, c'est possible !
Finance : investir sur la chute d'une météorite sur Terre, c'est possible !

Si vous n'avez pas peur de la fin du monde, Il est désormais possible de parier dessus ! La compagnie d'assurance américaine USAA vient de lancer pour la première fois des «obligations catastrophes» d'un nouveau genre. Là, il ne s'agit plus de se couvrir contre une éventuelle tempête, un incendie... Mais contre la chute d'une météorite sur terre. Même si la probablité est faible, elle existe. Selon les scientifiques, un astéroide de plus d'un kilomètre de diamètre pourrait faire disparaître l'humanité...

Sans aller jusqu'à cet extrême, qui solderait tous les comptes, la mission WISE de la NASA estime que 5 000 astéroïdes potentiellement dangereux (+ de 100 métres de long) circulent au dessus de nos têtes... A tel point que la NASA actualise et récense dans son programme Near-Earth Objects tout ce qui pourrait nous faire tomber le ciel sur la tête.

En attendant, les investisseurs ont souscrit en masse pour 95 millions d'euros pour cette «obligation catastrophe» alors que l'émetteur, selon le Financial Times, avait prévu l'émission au départ de 73 millions d'euros.

Risque mesuré, rendement important

Pourquoi un tel succés ? Selon l'agence de notation Moody's, près de 14 milliards d'euros d'obligations catastrophes «cats bonds» ont été émis dans le monde en 2013. Pour les investisseurs, les risques restent mesurés alors que les rendements sont importants, de l'ordre de 15%. Explication : si une météorite tombe sur terre et provoque de nombreuses victimes, l'assureur va devoir indemniser avec des sommes considérables. Pour se couvrir en partie, l'assureur fait donc appel au marché.

En cas de catastrophe, l'investisseur verrait l'ensemble de son capital investi être réduit à zéro. Les sommes étant intégralement utilisées pour payer les indemnisations aux victimes. De fait, les assureurs doivent assurer des rendements élevés pour attirer des personnes capables de jouer une partie de leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • blbryvsg le samedi 31 mai 2014 à 17:22

    Nous,nous avons parié sur la chute de popularité de Culbuto ... ET ON A GAGNE ! Il nous avait fait croire qu'il était une météorite pourtant.

  • heimdal le samedi 31 mai 2014 à 10:08

    Faux c'est 2,6 et 2,9% l'an chez AXA