Finalement le Parc OL n'y a vu que du bleu

le
0
Finalement le Parc OL n'y a vu que du bleu
Finalement le Parc OL n'y a vu que du bleu

Les supporteurs irlandais n’avaient pas besoin de cela. Dans un Parc OL très majoritairement rallié à la cause de l’équipe de France, les membres de la Green Army qui avaient pris place dans le cocon de Decines (Rhône) avaient du mal à exister avant le coup d’envoi. Le quart de virage où s’était massé la majorité des presque 10 000 fans irlandais a bien vibré au son du « Chant du soldat », l’hymne national repris à gorges déployées mais il ne pouvait rien contre la loi du nombre. « La Marseillaise » a donc grondé comme rarement dans l’enceinte baignée de soleil.

Mais les Irlandais n’ont pas attendu longtemps pour basculer dans une folle griserie. Et ce n’était pas à cause de la bière servie au stade qui affiche un faible 0,5% d’alcool au compteur. La faute de Pogba sur Long dans la surface les fait se lever comme un seul homme. Le penalty transformé par Brady (3e) les fait basculer dans une véritable transe ! « Qui ne saute pas n’est pas français », réplique le stade comme un seul homme sans visiblement se faire entendre depuis le terrain où les Bleus se montrent terriblement apathiques. La Marseillaise entonnée dès la 25e minute n’y change rien. Pogba et ses potes butent sans cesse sur un mur vert dont la solidité ravit le kop irlandais.

L’entrée de Coman après la pause change le système de l’équipe de France mais pas le rapport de force dans les travées du stade. Enfin jusqu’à la 58e minute… Le moment choisi par Griezman pour catapulter de la tête un ballon distillé par Sagna. L’égalisation fait exploser le stade de joie. « Seven Nation Army » fait trembler des milliers de corps qui finissent par exulter quand l’attaquant de l’Atlético Madrid signe un doublé de près sur une remise de Giroud (2-1, 61e). « Et ils sont où les supporteurs », chambrent des supporteurs tricolores rassurés par l’expulsion de Duffy à la 66e minute. La folle soirée lyonnaise prenait enfin corps ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant