Finale : Royale, l'Espagne retrouve son trône

le
0
Finale : Royale, l'Espagne retrouve son trône
Finale : Royale, l'Espagne retrouve son trône

Deux ans après le sacre de la France en Slovénie, l'Espagne, déjà titrée en 2009 et 2011, a repris sa place sur le trône continental en dominant tranquillement la Lituanie (80-63) dimanche en finale du Championnat d'Europe.

Deux ans après le sacre de la France, l'Espagne de Pau Gasol (25pts, 12rbds), déjà championne d'Europe en 2009 et 2011, a repris place sur le trône continental en dominant tranquillement la Lituanie (80-63) dimanche en finale de l'EuroBasket 2015 au stade Pierre-Mauroy de Lille Métropole, qui a battu un nouveau record avec 27372 spectateurs. Après la victoire face aux Français, le chemin était largement royal pour la Roja, venue reconquérir son titre, le troisième de son histoire (2009, 2011, 2015). La Lituanie, qui avait sorti les favoris serbes, n’avaient pourtant rien du simple sparring-partner mais semblait trop faible, physiquement et techniquement, pour poser le moindre problème à cette Espagne, redevenue intouchable. Sous les yeux de Rafael Nadal, la sélection ibérique a dominé outrageusement la finale avec un Pau Gasol, logiquement élu MVP du tournoi, encore une fois immense (25pts, 12rbds).

Dès le début de match, les Espagnols ont imprimé leur tempo pour ne pas lâcher une fausse note. Sereins et armés d’une confiance inébranlable en leur basket, les joueurs de Scariolo, de retour en héros, ont pris leur temps en attaque, bien lancés dans leur momentum par les premières pertes de balles lituaniennes, qui se multiplieront face à la muraille espagnole. Pau Gasol écrase Valanciunas sur chaque un contre un. Rudy Fernandez oublie ses douleurs au dos et Mirotic plante quelques banderilles bien venues. L’Espagne prend alors 16 points d’avance sans vraiment forcer son talent mais en défendant le plomb. Dans le brouillard nordiste, la Lituanie réalise, tout de même, une grosse série, sa seule arme, grâce à Kalnietis puis Seibutis à trois points. La nation verte revient, dans les dernières minutes du deuxième quart-temps, sur les talonnettes espagnoles et ne pointe, à la mi-temps, qu’à huit points. Un petit miracle qui n’en appellera aucun autre.

Le troisième quart temps est un copier-coller du début de match. L’Espagne surfe sur une série (11-2) pour achever les derniers espoirs lituaniens. Gasol est toujours une tête au-dessus de tout le monde et l’Espagne est sereine derrière son golgoth. Maladroite, quand la Lituanie revient, elle le doit aux erreurs de gestion espagnoles ou à la maestria de son meneur Kalnietis. Mais la fatigue gagne les rangs lituaniens qui ne marquent plus en fin de match et assure à l’Espagne dix dernières minutes champagne. Le quatrième quart-temps se finit en feu d’artifice. Une dernière pluie de trois points pour montrer à tout le monde que l’Espagne est, de nouveau, reine d’Europe.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant