Finale : Petite finale, sacre de géant du Stade Français

le
0
Finale : Petite finale, sacre de géant du Stade Français
Finale : Petite finale, sacre de géant du Stade Français

Le Stade Français remporte le quatorzième titre de champion de France de son histoire. Au terme d'une finale terne et pas à la hauteur de l'événement, les Parisiens ont pris le meilleur sur Clermont (12-6) grâce au jeu au pied de Morne Steyn. Le Stade Français renoue avec son glorieux passé, quand l'ASM s'enfonce dans la malédiction.

Ces larmes-là sont malheureusement devenues trop familières. Place de Jaude, à Clermont, comme sur la pelouse du Stade de France, l’heure est à la désillusion pour l’ASM. Une fois de plus. Un mois après la défaite en finale de Champions Cup, les Jaunards ont de nouveau buté sur la dernière marche. La onzième fois en douze finales. Pourtant, jamais la place n'a paru si grande. Car ce samedi soir, c’est au terme d’une finale d’un tout petit niveau que le Stade Français a conquis le quatorzième titre de son histoire. Peut-être le plus symbolique.

Passé près de la disparition en 2011

Qui aurait misé un sou sur la formation parisienne en début de saison ? Porté disparu des phases finales depuis six ans, le Stade Français, troisième d’une saison régulière de haute volée, est monté en puissance au meilleur des moments. Miné par de graves problèmes financiers depuis quatre ans, le club de la Capitale a enchaîné les crises. Du départ de Max Guazzini à l’escroquerie dont fut victime Bernard Laporte, le club a frôlé la liquidation. La disparition même. Alors ce samedi soir, le sourire en coin qu’esquisse Thomas Savare en tribunes en dit long. Sauveur désigné du Stade Français quand il a fallu injecter onze millions d’euros, le président parisien a réussi son pari. Refaire de ce club au passé si glorieux un monument qui compte dans le paysage du rugby français.

Steyn en héros, Parra au tapis

Dans une finale fermée et pauvre en jeu, les hommes de Gonzalo Quesada ont fait la course en tête pendant toute la rencontre. Plus disciplinés que leurs adversaires, à l’image de ce carton jaune bêtement concédé par Julien Bardy en début de match, les Parisiens s’en sont remis à la botte efficace de l’homme de cette fin de saison, Morne Steyn. Passé de zéro à héros, le Sud-Africain a inscrit les douze points de la victoire parisienne ce samedi, quand Morgan Parra et Brock James laissaient filer neuf points. Dans le dur en fin de match, les coéquipiers de Sergio Parisse ont tenu bon pour soulever de nouveau le bouclier de Brennus, huit ans après. Clermont pleure, Paris s’embrase. Un géant du rugby hexagonal est de retour sur le toit de la France. 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant