Finale : Les supporters ne veulent pas céder à la panique

le
0
Finale : Les supporters ne veulent pas céder à la panique
Finale : Les supporters ne veulent pas céder à la panique

Alors que la Belgique vit sous la menace terroriste depuis la fin de la semaine dernière, la finale de la Coupe Davis débute vendredi à Gand, à un peu plus de 50 kilomètres de Bruxelles. Les supporters belges et britanniques sont plutôt rassurés.

Cent onze ans que la Belgique attendait ça ! Depuis 1904 et une finale perdue 5-0 à Wimbledon face… aux « Iles Britanniques », les Belges n’ont plus disputé la moindre finale de Coupe Davis. Autant dire que ce week-end de novembre 2015 promettait d’être une fête, avec une finale opposant de nouveau Belges et Britanniques, à Gand. Mais depuis la qualification de David Goffin and co en septembre dernier, la situation a changé. La Belgique fait la Une des journaux, mais pas pour des raisons sportives. Depuis la fin de semaine dernière, Bruxelles est en alerte maximum en raison de très fortes menaces d’attentats. Le métro et les écoles ont été fermés plusieurs jours, les blindés et les militaires sillonnent la capitale et la vie ne commence que timidement à reprendre son cours depuis mercredi.

Pas de problèmes à Gand

A un peu plus de 50 kilomètres de là, le Flanders Expo de Gand accueillera chaque jour 13 000 spectateurs belges et britanniques, à guichets fermés. « Tout ce qui s’est passé ces dernières jours, ça fait froid dans le dos, mais une finale de Coupe Davis, on ne vit ça qu’une fois par siècle, nous en Belgique. Si on écoute tout, on ne vit plus », regrette Yves Colet, membre du comité des Belgian Tennis Fans. « Je suis venue à Gand en bus directement depuis l’aéroport de Charleroi donc je n’ai pas eu à traverser Bruxelles. Je me suis promenée dans la ville ce matin (jeudi) et tout est complètement normal », raconte de son côté Mary Pope, présidente de la British Association of Tennis Supporters.

Reporter la finale ? Une mauvaise idée

Malgré tout, certains ont choisi de renoncer à la grande fête du tennis, à l’image de Tim Henman, l’ancien n°4 mondial, qui « préfère regarder la finale à la télévision, avec (s)es enfants ». « On a une maman et son fils qui ne veulent plus venir à cause des événements », explique Yves Colet. « Certains membres de la BATS ont annulé leur venue en raison de la sécurité. Il y en a qui n’avaient plus envie de voyager, d’autres qui avaient prévu de visiter Bruxelles pendant leur séjour. Certains vont rentrer en Grande-Bretagne dès dimanche soir pour éviter les risques », détaille Mary Pope. La plupart des supporters sont pourtant unanimes : malgré le contexte très particulier qui règne en Belgique, il ne fallait pas reporter ou délocaliser la finale. « On aurait compris s’ils l’avaient fait, mais on est bien content d’avoir en Belgique un événement planétaire. Ça fait une belle publicité pour le pays, car on parle beaucoup de choses négatives en ce moment. Ça redonnera le sourire aux gens, ils pourront penser à autre chose. » Même son de cloche de l’autre côté de la mer du Nord. « Je ne pense pas qu’ils auraient dû reporter ou délocaliser. Le laps de temps était trop court et tout le monde avait déjà organisé son voyage. A moins qu’il y ait eu une menace directe sur Gand, il n’y avait aucune raison de changer ça. »

Pas de sacs dans le Flanders Expo

Néanmoins, la Fédération internationale de tennis a annoncé des mesures très strictes de sécurité, plus ou moins bien acceptées. « On nous a demandé d’arriver deux heures avant le premier match, mais ça ne me dérange pas car en général j’arrive quatre heures avant pour m’imprégner de l’ambiance », explique le supporter belge. « Je suis satisfaite des mesures de sécurité, bien que quelques membres soient mécontents de l’interdiction d’avoir des sacs dans le stade. On verra comment ça se passe demain (vendredi) », poursuit son homologue britannique. Une fois les contrôles de sécurité franchis, place, enfin, à cette finale tant attendue par les deux pays ! Avec l’espoir que la petite balle jaune fasse oublier pendant trois jours les lourdes menaces qui pèsent sur la Belgique.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant