Finale : Le Barça est bien le roi d'Espagne

le
0

Après avoir résisté pendant le temps réglementaire, disputé en infériorité numérique pendant une heure, le FC Barcelone a puni le FC Séville en prolongation en finale de la Coupe du Roi (2-0). Les Catalans conservent ainsi leur titre dans la compétition et réalisant un deuxième double national consécutif.

Le debrief

Le FC Barcelone est bien maître en son royaume. Pour la deuxième année consécutive, le club catalan s’est offert le doublé Coupe-Championnat en Espagne suite à son succès sur le FC Séville dimanche en finale de la Coupe du Roi (1-0 ap). Réaliser un tel exploit deux années de suite, ce n’était plus arrivé de l’autre côté des Pyrénées depuis les années 50 et il était déjà l’œuvre du Barça. Les hommes de Luis Enrique ont dû lutter comme rarement pour arracher ce trophée dans un stade Vicente-Calderon acquis à la cause de Sévillans, qui disputaient leur deuxième finale en quatre jours après le titre obtenu en Europa Ligue aux dépens de Liverpool mercredi (3-1). Il faut dire que les Barcelonais ont longtemps étalé leur manque d’inspiration et leur déficit dans les duels pour rivaliser avec des Andalous dominateurs en première période, à défaut d’être réellement menaçants. Une supériorité accentuée par l’expulsion logique de Javier Mascherano, provoquée par un Kevin Gameiro pour se jouer du défenseur argentin. Le FC Séville a alors connu un temps fort qui a duré jusqu’à l’heure de jeu, quand les jambes ont commencé à peser plus lourd et le rythme de la rencontre a baissé pour le plus grand bonheur de Barcelonais qui ont enfin trouvé un second souffle. Les enchaînements techniques se sont faits plus rapides, sous l’impulsion du trio Iniesta-Messi-Neymar, et les Catalans sont remontés d’un cran sur le terrain, après avoir longtemps résisté dans son camp. L’expulsion d’Ever Banega, là aussi logique au moment où un match haché (douze cartons jaunes et trois rouges) atteignait son pic de tension, a fini d’inverser la physionomie des débats. C’est finalement sur deux éclairs de génie de Lionel Messi, discret pendant le temps réglementaire, que le Barça a fait la différence. Ses deux passes décisives pour Jordi Alba et Neymar qui ont enterré les espoirs sévillans de remporter un deuxième trophée dans la semaine. Les Catalans bouclent ainsi de la plus belle manière possible une saison où ils seront passés par tous les états. Mais dont l’éclat ne manquera finalement pas de brillant.

Le film du match

8eme minute Exilé sur le côté gauche, Iniesta se recentre pour adresser un ballon piqué dans la profondeur vers Suarez à l’entrée de la surface. L’Uruguayen peine à se situer dans l’espace et reprend le ballon comme il le peut. Son tir du droit frôle le poteau droit du but sévillan. 17eme minute Après une reprise manquée par Coke dans la surface barcelonaise, Escudero hérite du ballon à gauche et déborde tout en puissance. Son centre-tir oblige Ter Stegen à intervenir au premier poteau. 30eme minute Corner pour le Barça sur la gauche. Il est joué à deux et Rakitic centre dans la surface dans un second temps. La défense sévillane éloigne le danger, mais D.Alvés hérite du ballon à vingt mètres. Sa frappe du droit est trop croisée pour être cadrée. 36eme minute Sur un long dégagement, Iborra s’impose dans les airs et dévie vers Gameiro. L’attaquant français passe devant Mascherano avant d’être accroché grossièrement par son adversaire direct à l’entrée de la surface. L’arbitre expulse logiquement le Catalan, coupable d’avoir anéanti une occasion franche de but, puisque Gameiro se présentait seul face à Ter Stegen. 38eme minute Banega se charge du coup-franc qui suit. Légèrement décalé sur la droite, l’Argentin enroule un tir puissant dans le côté fermé. Ter Stegen est vigilant et enlève le ballon de la lucarne avec sa main opposée. 50eme minute Dos au but, Iborra remise vers Banega à l’entrée de la surface. L’Argentin enchaîne rapidement sur une frappe du droit qui échoue sur le poteau d’un Ter Stegen qui était battu. 76eme minute Coup-franc intéressant à négocier pour le Barça suite à une faute de Vitolo sur Iniesta. A vingt-cinq mètres plein axe, Messi le frappe, mais ça manque de puissance pour réellement inquiéter Rico. 90eme minute+2 Sur une action initiée par Iniesta, Messi lance Neymar dans la profondeur. Le Brésilien est fauché par derrière par Banega juste après son contrôle, à la limite de la surface de réparation. L’Argentin est logiquement expulsé à son tour pour avoir annihilé une occasion de but. 90eme minute+3 Le coup-franc qui suit est excentré sur la gauche. Messi enroule son tir au-dessus du mur, mais sa tentative manque de conviction et de puissance, permettant à Rico de dévier le ballon en corner de la main droite sans trop de difficultés. 97eme minute (1-0) Pas attaqué à une quarantaine de mètres du but sévillan, Messi délivre une ouverture parfaite vers Alba, qui profite d’un faux appel de Neymar pour s’engouffrer dans le couloir gauche. Le latéral espagnol conclut d’une petite frappe croisée dans un angle pourtant fermé. 103eme minute Coup-franc excentré sur la droite pour le FC Barcelone. Messi s’en charge et envoie un tir puissant au premier poteau. Rico est vigilant pour boxer le ballon et éloigner la menace. 104eme minute Encore un coup-franc dangereux pour le Barça dans le camp sévillan. Neymar ajuste son centre au second poteau, sur la tête de Piqué. La reprise à bout portant du défenseur barcelonais oblige Rico à une superbe parade réflexe. 105eme minute A la suite d’un corner sur la gauche joué court, D.Alvés hérite du ballon à une trentaine de mètres du but sévillan. Il prend sa chance tout en puissance et Rico s’envole sur sa droite pour réaliser un arrêt magnifique. Il se relève vite pour intervenir ensuite devant Busquets, présent au rebond. 118eme minute Iniesta et Neymar échangent sur le côté gauche. Le premier déborde aux abords de la surface et ajuste son centre au second poteau. Le Brésilien est libre de tout marquage, mais sa tête manque de puissance pour surprendre Rico. 120eme minute+2 (2-0) Contre-attaque à négocier pour le Barça. Servi à l’entrée de la surface, Messi temporise avant de servir Neymar au moment opportun. Le Brésilien ouvre son pied droit et conclut de près en battant Rico.

Les joueurs à la loupe

FC Barcelone Et dire que c’était une soirée sans pour MESSI. Bien pris par la défense sévillane, parfois à la limite dans le traitement qui lui a été réservé, la « Pulga » a sorti la tête de l’eau à partir de la 75eme minute. Comme par magie, c’est de lui qu’est venue l’étincelle, ALBA se chargeant de conclure. Le latéral espagnol, auteur de son premier but de la saison en club, ne s’était que peu mis en évidence jusque-là, à l’instar de D.ALVES. NEYMAR était inspiré et ses accélérations ont mis à mal ses adversaires directs, même s’il n’a pas toujours fait les bons choix au bout de ses courses. Il a néanmoins tué le suspense sur un service de Messi. SUAREZ a vécu un match compliqué, tant il n’a pas pesé sur les débats avant de sortir sur blessure en raison d’un claquage à la cuisse droite, ce qui pourrait le priver de la Copa América. Entré à son relais, RAFINHA n’a pas plus existé. Etincelant par son jeu de passes, INIESTA a régalé ses partenaires par sa justesse, au contraire d’un RAKITIC inexistant, comme trop souvent cette saison. BUSQUETS a fonctionné sur courant alternatif et connu un déchet technique inhabituel dans la relance. Aux côtés d’un PIQUE impeccable d’un bout à l’autre, MASCHERANO a commis une erreur grossière qui a conduit à son expulsion logique. MATHIEU l’a suppléé en défense centrale en apportant sa sobriété et sa présence dans les duels. Il a envoyé des signaux très rassurants en vue de l’Euro 2016 avec les Bleus, surtout dans l’hypothèse d’un forfait de Raphaël Varane. TER STEGEN n’a pas toujours dégagé une grande sérénité, mais il a réalisé un arrêt important pour maintenir son équipe dans le match. FC Séville En quatre jours, GAMEIRO a démontré à quel point il avait progressé cette saison. Omniprésent au pressing et toujours juste dans ses appels, l’ancien Parisien a provoqué l’expulsion de Mascherano par sa science du duel. Il n’a néanmoins pas bénéficié d’occasion franche pour se mettre en évidence dans la surface barcelonaise. Aligné en soutien de l’international français, IBORRA a pesé sur la défense catalane et bien accompagné son attaquant de pointe. COKE s’est fait plus discret qu’en finale de la Ligue Europa, tout comme VITOLO. BANEGA a rendu une excellente copie dans un rôle de milieu relayeur où son sens du jeu et sa qualité technique ont fait des merveilles. Une dernière avec le FC Séville, avant un probable départ vers l’Inter Milan, gâchée par son expulsion logique en fin de match. L’Argentin avait auparavant profité du gros travail de KRYCHOWIAK à la récupération, l’ex-Rémois étalant une énorme activité pendant toute la rencontre. Toujours à la limite dans ses interventions, RAMI s’est sorti avec un soupçon de réussite de situations pourtant mal embarquées. CARRICO n’a pas donné bien plus de garanties, notamment sur son alignement douteux. Bien présent face à Neymar, MARIANO a moins eu d’occasions de se projeter vers l’avant qu’à l’accoutumée, au contraire d’un ESCUDERO volontaire. RICO n’a pas donné toutes les garanties, mais il a maintenu les siens dans le match en multipliant les arrêts au cours de la prolongation.

Monsieur l’arbitre au rapport

Dans un match qui s’est tendu au fil des minutes, il a bien maîtrisé son sujet. Hormis deux situations de hors-jeu mal négociées et la sortie trop tardive d’un avertissement contre les Sévillans, auteurs de nombreuses fautes, il a réussi un sans-faute. Dans une rencontre de cette intensité, ce n’est pas un mince exploit.

Ça s’est passé en coulisses…

- Luis Enrique comptait sur un groupe au complet pour cette rencontre. Aucune absence n’était à déplorer et le Barça se présentait ainsi avec son équipe-type de la saison. - Steven N’Zonzi et Timothée Kolodziejczak n’étaient pas présents sur la feuille de match pour le FC Séville. Et pour cause, les deux Français étaient suspendus. Michael Krohn-Dehli (genou) et Benoît Trémoulinas (genou) étaient eux blessés. - D’abord interdits dans l’enceinte de Vicente-Calderon par la préfecture de Madrid, les drapeaux catalans ont finalement été autorisés par la justice espagnole. A noter que la sono a fonctionné à fond pendant l’hymne espagnole, « La marche royale », pour couvrir les sifflets des supporters barcelonais. Les autorités ne voulaient pas revivre le camouflet de la saison dernière, quand les fans du Barça et de l’Athletic Bilbao avaient couvert de concert l’hymne national.

La feuille de match

Coupe du Roi (Finale) / FC BARCELONE – FC SEVILLE : 2-0 ap

Vicente-Calderon (42 000 spectateurs environ) Temps chaud - Pelouse excellente Arbitre : M.Del Cerro Grande (6) Buts : Alba (97eme) et Neymar (120eme+2) pour le FC Barcelone Avertissements : Alba (87eme), Neymar (89eme) et D.Alvés (90eme) pour le FC Barcelone - Rami (73eme), Vitolo (75eme), Iborra (90eme+5), Krychowiak (92eme), Konoplyanka (102eme), Escudero (104eme), Gameiro (114eme) et Carriço (120eme+1 et 120eme+1) pour le FC Séville Expulsions : Mascherano (36eme) pour le FC Barcelone - Banega (90eme+2) et Carriço (120eme+1) pour le FC Séville FC Barcelone Ter Stegen (5) – D.Alvés (5), Piqué (7), Mascherano (non noté), Alba (6) puis Sergi Roberto (120eme) – Rakitic (3) puis Mathieu (46eme, 6), Busquets (5), Iniesta (7) - Messi (7), Suarez (4) puis Rafinha (57eme, 4), Neymar (7) N'ont pas participé : C.Bravo (g), Arda Turan, Munir, Al.Vidal Entraîneur : L.Enrique FC Séville Rico (6) – Mariano (5) puis Konoplyanka (80eme), Carriço (5), Rami (5), Escudero (6) – Krychowiak (6), Banega (5) - Coke (cap) (4), Iborra (6), Vitolo (4) puis Llorente (106eme) – Gameiro (6) N'ont pas participé : Soria (g), Pareja, Cristoforo, Munoz, Reyes Entraîneur : U.Emery
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant