Finale : Et à la fin, c'est le Real Madrid qui gagne

le
0

Comme en 2014, le Real Madrid a décroché la Ligue des Champions samedi en s’imposant en finale contre son voisin de l’Atlético (1-1, 5-3 TAB). Les Merengue assoient leur statut de recordmen de titres dans la compétition, avec un onzième sacre européen.

Le debrief

Le Real Madrid est bien le champion des champions d’Europe. Les Merengue se sont adjugés samedi leur onzième titre en C1, record à nouveau battu, après avoir battu l’Atlético Madrid au bout du suspense et de la séance de tirs au but (1-1, 5-3 TAB). Les hommes de Zinédine Zidane, sacrés cinq mois seulement après sa nomination comme entraîneur, ont dû s’arracher comme rarement pour décrocher cette victoire. Parce que les Colchoneros se sont montrés fidèles à leur réputation et n’ont jamais lâché le morceau, jusqu’à une issue toujours cruelle pour le perdant. Une vieille habitude pour eux, puisqu’ils avaient déjà perdu leurs deux premières finales de C1, en replay après avoir concédé à l’égalisation à la 120eme minute en 1974 et en prolongation après s’être fait rejoindre à la 94eme minute en 2014. Il y a deux ans, le Real était leur bourreau et il a encore endossé ce costume dans un San Siro décidément coutumier des thrillers en finale de Ligue des Champions. Les Merengue avaient pourtant tout pour vivre une soirée plus tranquille. Tout en contrôle à défaut d’être géniaux, ils avaient maîtrisé la première période dans tous les secteurs et logiquement ouvert le score sur un coup de pied arrêté conclu par Sergio Ramos, héros de 2014 de nouveau à l’honneur. Sans avoir à forcer, dangereuse seulement sur phase arrêtée, la Maison blanche avait à sa main un Atlético incapable de mettre l’intensité physique pour laquelle il est réputé. Mais Diego Simeone a trouvé la solution pour remettre son équipe dans le match. Comme contre le Bayern Munich en demi-finale retour, il a abandonné son 4-4-2 à la pause pour passer à un 4-3-3 plus équilibré. C’est ainsi que les Colchoneros se sont créés de nombreuses opportunités de revenir au score et ont fini par le faire par Yannick Carrasco, au moment où le Real semblait pourtant sortir la tête de l’eau. A bout de forces, surtout que Zidane avait effectué ses trois changements dès la 77eme minute, les deux équipes ont fait comme elles ont pu pendant la prolongation, au cours de laquelle les Merengue se sont néanmoins procuré les occasions les plus franches. Ils n’ont pas eu à les regretter. Symbole ultime, c’est un Cristiano Ronaldo indigent pendant 120 minutes qui a scellé le sort du match en transformant son tir au but. Il ne pouvait vraiment rien arriver à un Real escorté d’une bonne étoile cette saison en Ligue des Champions. A croire que le destin avait choisi son camp.

Le film du match

6eme minute Coup-franc en faveur du Real Madrid sur l’angle droit de la surface de l’Atlético. Après avoir provoqué la faute, Bale envoie un centre fort devant le but. Benzema coupe la trajectoire du ballon juste devant Casemiro et reprend à bout portant. Oblak réalise une parade réflexe incroyable sur sa ligne pour sauver son équipe. 15eme minute (1-0) Coup-franc pour le Real Madrid dans le camp de l’Atlético, suite à une faute évitable de Juanfran. Kroos s’en charge et trouve au premier poteau Bale, qui prolonge le ballon de la tête. En très légère position de hors-jeu, S.Ramos passe devant Savic pour battre Oblak de près, avec le bout du pied gauche. 34eme minute D’une passe laser, Koke sert Griezmann entre le milieu et la défense du Real Madrid. L’attaquant français met du temps à se resituer et arme finalement un tir enroulé du gauche à l’entrée de la surface, dans une position arrêtée. Navas est tranquillement sur la trajectoire du ballon. 43eme minute Gabi transperce le milieu du Real Madrid d’une passe trouvant un Griezmann seul entre les lignes. L’ancien de la Real Sociedad se retourne rapidement et profite du faux-appel de F.Torres pour s’ouvrir une position de tir. Mais sa frappe du droit est trop croisée et file à côté du but de Navas. 48eme minute Penalty pour l’Atlético Madrid. Pepe commet la faute sur F.Torres, fauché dans la surface après avoir mis son corps en opposition sur une passe de Griezmann. Ce dernier se charge de la sentence et frappe en force dans l’axe du but. Le ballon rebondit sur la barre et juste devant la ligne, alors que Navas était battu. 54eme minute Corner pour l’Atlético Madrid sur la droite. Koke dépose son centre au second poteau, où Godin, libre de tout marquage, rate sa reprise de la tête. Griezmann prolonge ensuite vers Savic, qui se jette pour pousser le ballon au fond. Mais il manque le cadre pour quelques centimètres. 58eme minute Après une séquence où aucune des deux équipes ne parvient à poser le ballon au sol, Koke hérite du ballon quand C.Ronaldo réclame une faute de Juanfran. Le milieu de l’Atlético Madrid prend sa chance à l’angle de la surface et est tout proche de trouver la lucarne de Navas au premier poteau. 59eme minute Lancé à pleine vitesse, Carrasco déboule sur le côté gauche et centre à mi-hauteur en première intention. Le Belge trouve Saul Niguez, dont la reprise du gauche dans une position acrobatique n’attrape pas le cadre de Navas. 70eme minute Contre-attaque menée à toute vitesse par le Real Madrid. Modric délivre une passe parfaite pour Benzema, qui se présente seul face à Oblak dans un angle fermé. Le gardien de l’Atlético gagne son duel avec l’attaquant français, dont la frappe croisée n’est pas suffisamment bien placée. 78eme minute Encore une accélération de Bale qui sème la panique dans la défense de l’Atlético. C.Ronaldo relaie le travail de l’attaquant gallois et bute sur Oblak à bout portant. Bale hérite du ballon dans un second temps et voit sa frappe repoussée par Saul Niguez sur sa ligne. 79eme minute (1-1) D’un petit ballon piqué, Gabi décale parfaitement Juanfran sur la droite. Le latéral de l’Atlético centre fort devant le but d’une reprise du droit. Carrasco devance la défense du Real au second poteau, surtout un Lucas Vazquez retardataire sur l’action, pour conclure en force à bout portant. 85eme minute Suite à un énorme travail individuel de Marcelo, Bale se retrouve excentré sur la gauche. Il efface Juanfran d’une feinte de centre et prend sa chance dans un angle impossible. Oblak est vigilant pour boxer le ballon à son premier poteau.

Les joueurs à la loupe

Real Madrid Rebelote pour S.RAMOS. Déjà décisif lors de la finale 2014, en égalisant au bout du temps additionnel, le capitaine du Real Madrid a encore joué le premier rôle. Son ouverture du score a mis son équipe sur les bons rails, sa prestation défensive irréprochable a fait le reste. Il a même fait étalage de sa qualité dans la relance, aux côtés d’un PEPE qui a montré ses deux visages. Le plus souvent excellent, le défenseur portugais a aussi commis la faute amenant le penalty et s’est illustré par son sens de la tragicomédie. Passeur décisif sur le premier but de la rencontre, BALE a rendu une copie quasi-parfaite. Il a semé le trouble dans la défense adverse à chacune de ses accélérations, toujours fait les bons choix en phase offensive et effectué un énorme travail de replacement. Moins en vue que le Gallois balle au pied, BENZEMA a bossé pour le collectif, que ce soit par ses décalages ou son pressing. Celui qui est passé à côté de sa finale au sein de la BBC, c’est C.RONALDO, pas encore réconcilié avec ces grands rendez-vous. Le Portugais a raté tout ce qu’il a tenté, y compris ses occasions de faire le break pour assurer le succès des siens, et n’était visiblement à 100% sur le plan physique. MODRIC a régalé par sa qualité technique dans l’entrejeu et a orienté le jeu avec son flair habituel, même s’il a baissé de pied au fil des minutes. Même constat pour KROOS, dont la patte droite s’est exprimée avec talent sur coup de pied arrêté. CASEMIRO a justifié sa présence sur le terrain par son abattage et sa capacité à colmater les brèches. Si MARCELO a brillé par sa technique soyeuse et ses débordements tranchants, CARVAJAL s’est contenté du minimum sur son côté droit. Mais l’Espagnol a fait mieux qu’un DANILO qui a mis trop de temps pour entrer dans son match et qui a souffert pendant tout son passage sur le terrain. NAVAS a vécu une soirée frustrante, tant il a eu peu d’opportunités de s’illustrer avant d’être battu sur une action où il ne pouvait rien.   Atlético Madrid Une soirée cruelle pour GRIEZMANN. Seul joueur de l’Atlético à se mettre en évidence lors de la première période, par ses appels intéressants et sa faculté à évoluer dans le sens du jeu, l’attaquant français a vu son penalty échouer sur la barre transversale. Un fait défavorable qui l’a fait sortir de son match, même s’il a surtout démontré qu’il se sentait moins à son aise sur le côté droit, où l’entrée de CARRASCO l’a exilé. Lancé à la place d’un A.FERNANDEZ trop moyen pour peser dans l’entrejeu, le Belge a réalisé une excellente prestation, tant chacune de ses percées a fait mal à ses adversaires directs. L’ancien Monégasque a été justement récompensé d’un but qui a définitivement libéré sa capacité de percussion. En énorme difficulté dans le jeu, F.TORRES a vécu un match très long à la pointe de l’attaque, à l’image de son taux de passes réussies incroyablement bas (1/9). Il n’a pas eu la moindre occasion franche à se mettre sous la dent. Meilleur dans le cœur du jeu que dans un couloir, SAUL NIGUEZ et KOKE ont vécu quarante-cinq premières minutes difficiles avant de retrouver la lumière. Leur association au milieu a fait des merveilles et redonné de la vitesse aux offensives de l’Atlético. GABI en a fait de même et affiché un très haut niveau à partir de l’heure de jeu. C’est lui qui a initié l’action de l’égalisation, avec une inspiration géniale pour JUANFRAN, qui est monté en puissance au fil des minutes et a multiplié les allers-retours du début de la seconde période jusqu’au terme de la prolongation. Essentiel dans cette campagne européenne, FILIPE LUIS s’est moins montré que son pendant à droite et a fait le job sans en rajouter. GODIN a mis une grosse demi-heure à se régler dans la relance et à dominer son sujet dans les duels. Une fois lancé, le capitaine des Colchoneros s’est imposé en patron et a entraîné un SAVIC sérieux dans son sillage. Timide dans ses sorties aériennes, OBLAK a néanmoins réalisé trois parades décisives dans cette rencontre. Suffisant pour maintenir cette équipe dans la rencontre.

Monsieur l’arbitre au rapport

Mark Clattenburg a réalisé une prestation convaincante pour sa première finale de la Ligue des Champions. Si l’Anglais et ses assesseurs ont oublié une position de hors-jeu pour quelques centimètres de Sergio Ramos sur l’ouverture du score du Real, il ne s’est pas trompé au moment d’accorder un penalty à l’Atlético en début de seconde période. Il a surtout bien maîtrisé son sujet quand les débats se sont envenimés et officié dans le sens du jeu, en laissant souvent l’avantage à bon escient. Du travail bien fait.

Ça s’est passé en coulisses…

- San Siro accueillait la finale de la Ligue des Champions pour la quatrième fois de son histoire, après 1965, 1970 et 2001. La dernière s’était soldée par une victoire du Bayern Munich contre Valence au bout de la séance des tirs au but (1-1, 5-4 TAB). A noter que le Real Madrid ne s’était jamais imposé à Milan en compétition européenne dans son histoire avant cette rencontre (quatre nuls et dix défaites). - Alicia Keys et Andrea Bocelli ont animé la cérémonie d’ouverture, calquée sur ce que fait la NFL chaque année pour le Superbowl. L’Américaine a proposé un medley de trois chansons, quand le ténor italien s’est chargé de l’hymne de la Ligue des Champions. Cette cérémonie était diffusée dans 220 pays et territoires. - Il y avait un seul absent de marque pour cette finale, à savoir Raphaël Varane, forfait pour cette rencontre et pour l’Euro 2016. Tous les autres joueurs étaient disponibles, que ce soit du côté du Real ou celui de l’Atlético.

La feuille de match

Ligue des Champions (Finale) / REAL MADRID – ATLETICO MADRID : 1-1 (5-3 TAB)

San Siro (80 000 spectateurs environ) Temps chaud - Pelouse bonne Arbitre : M.Clattenburg (Angleterre, 6) Buts : S.Ramos (15eme) pour le Real Madrid - Carrasco (79eme) pour l’Atlético Madrid Tirs au but : Lucas Vazquez (réussi), Marcelo (réussi), Bale (réussi), Sergio Ramos (réussi) et C.Ronaldo (réussi) pour le Real Madrid - Griezmann (réussi), Gabi (réussi), Saul Niguez (réussi) et Juanfran (raté) pour l’Atlético Madrid Avertissements : Carvajal (11eme), Navas (48eme), S.Ramos (90eme+3), Danilo (93eme) et Pepe (111eme) pour le Real Madrid - F.Torres (61eme) et Gabi (90eme+3) pour l’Atlético Madrid Expulsion : Aucune Real Madrid Navas (5) – Carvajal (5) puis Danilo (52eme, 4), Pepe (6), S.Ramos (cap) (8), Marcelo (7) – Kroos (6) puis Isco (72eme, 5), Casemiro (6), Modric (6) - Bale (7), Benzema (5) puis Lucas Vazquez (77eme), C.Ronaldo (3) N'ont pas participé : Casilla (g), Nacho, J.Rodriguez, Jesé Entraîneur : Z.Zidane Atlético Madrid Oblak (6) – Juanfran (7), Godin (6), Savic (6), Filipe Luis (5) puis Lucas Hernandez (109eme) – Saul Niguez (6), A.Fernandez (4) puis Carrasco (46eme, 7), Gabi (cap) (7), Koke (5) puis Partey (116eme) - F.Torres (2), Griezmann (5) N'ont pas participé : Moya (g), Tiago, Correa, Gimenez Entraîneur : D.Simeone
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant