Finale du Top 14 : Paris fête le rugby tambour battant

le , mis à jour à 15:45
0
Finale du Top 14 : Paris fête le rugby tambour battant
Finale du Top 14 : Paris fête le rugby tambour battant

En vue d'une soirée de fête, journée de fête. La capitale vit ce samedi au rythme du ballon ovale à l'occasion de la finale du championnat de France de rugby, le Top 14, au Stade de France entre Clermont-Ferrand et le Stade Français (21 heures). Dès la fin de matinée sur le Champ-de-Mars, la journée a été lancée par des hakas géants sous la houlette, notamment, du deuxième ligne des All Blacks Ali Williams. Tout au long de l'après-midi, des séances de tirs de pénalités seront animées par le demi de mêlée du Racing Maxime Machenaud face à la tour Eiffel. Sébastien Chabal, Lionel Nallet, Sylvain Marconnet ou encore Yannick Jauzion seront présents à tour de rôle.

Enfin, à l'issue de la rencontre visionnée sur écran géant, le groupe Skip the Use donnera un concert à partir de 23 heures.

Autre grand moment de cette journée, quatre cents percussionnistes vont traverser Paris, accompagnant un grand char de 10 m de long sur lequel se trouvera le bouclier de Brennus. Amassés place Saint-Michel, à l’ombre de la fontaine ou des arbres, ils ont patiemment attendu l’heure pour prendre place dans la parade du bouclier de Brennus, partie de Bastille à 12h30 et attendue au Champ de Mars à 16 heures. Parmi ces 400 percussionnistes réunis sous le soleil, Edison et Yann grillent une cigarette. Le second fait ensuite jouer ses baguettes sur le feu rouge à ses côtés.

Pendant qu’ils patientent, les passants les interrogent. «Que faites-vous ici ? C’est pour une kermesse ? Le Top 14, qu’est ce que c’est ?» Disponibles, souriants, plusieurs prennent le temps de répondre. C’est le cas de Louise, «comédienne dans la vie et adepte de percussions tous les soirs». Après une énième gorgée d’eau, elle rejoint les membres de sa section.

Posté aux alentours, Alexis, t-shirt du Stade Français sur le dos, arrivé là un peu par hasard, n’en rate pas une miette et discute avec Catherine, venue voir son frère jouer du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant