Fin du traitement des émanations de mercaptan à Rouen

le
0

ROUEN (Reuters) - Les opérations de traitement de la cuve de l'entreprise Lubrizol de Rouen, d'où provenaient depuis le 21 janvier des émanations nauséabondes, ont été achevées mercredi, a-t-on appris auprès de la préfecture de Seine-Maritime.

L'usine Lubrizol a été à l'origine d'une fuite de mercaptan, un gaz malodorant qui a été ressenti jusqu'à la région parisienne et le sud de l'Angleterre. Les autorités ont affirmé qu'il n'était pas toxique aux doses constatées.

La première semaine de travaux a été consacrée à la neutralisation et à l'enlèvement de la substance malodorante et la seconde au nettoyage de la cuve.

L'entreprise Lubrizol "a été progressivement autorisée à redémarrer ses activités, à l'exception de l'unité dans laquelle figure la cuve qui a présenté ce dysfonctionnement", précise la préfecture dans un communiqué.

Lubrizol devra présenter un rapport complet sur les causes de l'incident. Ce n'est qu'après analyse de ses conclusions que sera levée la suspension d'activité de cette unité.

Marc Parrad, édité par Gérard Bon et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant