Fin du suspense sur l'accord entre le SPD et Merkel

le
3
L'ACCORD ENTRE LE SPD ET ANGELA MERKEL SERA CONNU CE SAMEDI
L'ACCORD ENTRE LE SPD ET ANGELA MERKEL SERA CONNU CE SAMEDI

BERLIN (Reuters) - Le résultat de la consultation des militants du Parti social-démocrate allemand (SPD), appelés à valider l'accord de gouvernemental avec Angela Merkel, sera annoncé ce samedi entre 16h00 et 18h00 (15h00 et 17h00 GMT) par le président du parti, Sigmar Gabriel.

Quelque 330.500 bulletins de vote ont été centralisés à Berlin, où le dépouillement a commencé samedi matin.

"Je m'attends à ce que 70% environ soutiennent l'accord", a dit la trésorière du SPD, Barbara Hendricks, à la presse devant l'entrepôt de Berlin où les enveloppes électorales ont été livrées peu après minuit et où 400 volontaires s'affairent depuis 10h00 (09h00 GMT).

Si, comme prévu, le camp du "oui" est majoritaire, la composition du gouvernement devrait être connue dès dimanche.

D'après des sources sociales-démocrates, la gauche devrait obtenir six des quinze ministères, dont l'Énergie, qui sera chargée de l'une des réformes les plus importantes du nouveau mandat d'Angela Merkel.

Frank-Walter Steinmeier, l'un des principaux cadres du SPD, devrait retrouver les Affaires étrangères. Les ministères de l'Economie, du Travail et de la Justice devraient également revenir à des sociaux-démocrates.

Wolfgang Schäuble (CDU) devrait être maintenu à la tête du ministère des Finances.

Angela Merkel sera ensuite investie dès mardi par les députés du Bundestag, où la coalition dispose depuis les élections du 22 septembre d'une écrasante majorité (311 sièges pour la CDU-CSU et 192 pour le SPD sur un total de 631 élus).

En optant pour cette consultation inédite de sa base, Sigmar Gabriel a adopté une stratégie jugée payante par les commentateurs politiques. Le président du SPD a pu en effet s'appuyer sur les quelque 475.000 adhérents de son parti pour obtenir des concessions, suggérant qu'un accord de coalition trop tiède ne serait pas accepté par ses troupes et que l'Allemagne risquerait d'entrer dans une phase d'instabilité.

En dépit de l'écart de voix lors des législatives du 22 septembre (41,5% pour le bloc chrétien démocrate CDU-CSU de Merkel, 25,7% pour le SPD), les sociaux-démocrates ont notamment obtenu l'instauration d'un salaire minimum au niveau national.

Erik Kirschbaum; Henri-Pierre André pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.coq le samedi 14 déc 2013 à 15:44

    A noter, il n'y aura que 15 ministres: 6 CDU, 3 CSU et 6 SPD pour faire pratiquement le meme travail que nos 38 minables ministres

  • jean.coq le samedi 14 déc 2013 à 15:42

    Reuters - la CDU n'a pas une écrasante majorité - sinon il n'y aurait pas eu besoin de ces tractations pour avoir un gouvernement.

  • jean.coq le samedi 14 déc 2013 à 15:35

    20131214 - 15h24 75,96% de OUI ... avec une participation de 77,86%