Fin du quantitative easing américain : les choix d'actions du Credit Suisse

le
0
DR
DR

Partout dans le monde, les indicateurs PMI, reflétant la confiance des directeurs d'achats, ont reculé en août, sauf aux Etats-Unis où l'ISM manufacturier a touché un plus haut de trois ans à 59, avec des nouvelles commandes à un sommet de dix ans.  

Selon Andrew Garthwaite chez Credit Suisse,

la Réserve Fédérale pourrait relever son taux directeur avant la date prévue par le consensus des économistes en juin 2015

Les créations d'emplois, la confiance des promoteurs immobiliers et des chefs d'entreprises, la moindre pression fiscale, la réduction de l'endettement privé et la reprise du crédit bancaire :

tout milite pour une croissance du Produit intérieur brut aux Etats-Unis supérieure à 3%. L'inflation semble avoir touché son point bas et les salaires commencent à augmenter dans les PME.  

La quasi-totalité des indicateurs utilisés par le stratège justifieraient, selon lui, un rendement du bon du Trésor à dix ans à plus de 3% contre un niveau actuel à 2,4%. 

Mais

il ne faut pas vendre les actions trop tôt, les indices boursiers faisant habituellement leur pic seulement quatre mois avant le premier resserrement monétaire. Et une fois le taux directeur relevé, les actions progressent en moyenne de 4% six mois plus tard.

Le stratège anticipe néanmoins

un regain de volatilité en fin d'année et une correction possible quelques semaines après la fin des achats d'actifs de la Fed (quantitative easing) prévue

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant