Fin de vie : «Vincent a été entendu», juge Rachel Lambert, son épouse

le
1
Fin de vie : «Vincent a été entendu», juge Rachel Lambert, son épouse
Fin de vie : «Vincent a été entendu», juge Rachel Lambert, son épouse

Le Conseil d'Etat s'est prononcé mardi pour l'arrêt des soins qui maintiennent en vie Vincent Lambert - tétraplégique de 38 ans en état végétatif à la suite d'un accident de la route, dont le sort déchire la famille. Justifiant sa décision, qui correspond à ce qu'avait recommandé vendredi le rapporteur public, le Conseil d'Etat a considéré que l'arrêt des soins répondait à la volonté exprimée par Vincent Lambert, avant l'accident qui l'a cloué il y a six ans sur un lit d'hôpital.

Entre-temps, les parents de Vincent Lambert, qui, contrairement à son épouse et à plusieurs membres de la famille, s'opposent à l'arrêt des soins, ont saisi en urgence la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), lui demandant de s'opposer, par une mesure provisoire et urgente, à un arrêt des soins, en attendant de statuer sur le fond. La CEDH pourrait se prononcer dès mardi ou mercredi. La décision du Conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative française, est une pierre supplémentaire dans le débat sur la fin de vie, qui suscite de nombreuses réactions. 

  Rachel Lambert : «Tout ce que je veux, c'est, s'il le peut, qu'il ressente peut-être ma présence?»

« C'est un moment très particulier, c'est assez étrange à vivre même si j'aimerais le vivre et profiter pleinement du fait que Vincent ait été entendu?», a réagi ce mardi soir Rachel Lambert, l'épouse de Vincent, interrogée sur RTL. 

« Quand je l'ai appris par la radio, j'ai pleuré, explique-t-elle. On va vivre les jours au fur et à mesure? Pour le moment, j'aimerais vivre pleinement ce moment et être en communion avec Vincent et surtout avec la personnalité qu'il a été? C'est ce premier temps-là que je vais m'efforcer de vivre aujourd'hui? C'est une étape totalement décisive et d'une extrême importance?»

«Depuis que la décision a été connue je n'ai pas pu encore voir (Vincent)? Tout ce que je veux, c'est s'il le peut, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • celiron le mardi 24 juin 2014 à 20:15

    Il ne s'agit pas ici d'acharnement thérapeutique mais tout simplement de donner à boire et à manger à un être humain encore en vie. Et de soulager ses souffrances par les modestes moyens à notre disposition. L'objet n'est pas de maintenir en vie Vincent Lambert envers et contre tout mais de lui apporter un minimum d'humanité en lui donnant à manger et à boire. Ce que semble lui refuser le conseil d'état.