Fin de vie : le Conseil d'Etat se prononce pour l'arrêt des soins de Vincent Lambert

le
8
Fin de vie : le Conseil d'Etat se prononce pour l'arrêt des soins de Vincent Lambert
Fin de vie : le Conseil d'Etat se prononce pour l'arrêt des soins de Vincent Lambert

La décision du Conseil d'Etat est tombée ce mardi. La plus haute juridiction administrative française s'est déclarée en faveur de l'arrêt des soins de Vincent Lambert, cet homme de 38 ans maintenu en vie dans un état végétatif depuis sept ans. 

Le Conseil d'Etat a jugé légale la décision médicale prise par le CHU de Reims (Marne) de mettre fin aux traitements de Vincent Lambert. Il a ainsi suivi l'avis du rapporteur public, qui avait préconisé vendredi l'arrêt des soins, estimant que le patient était maintenu «artificiellement» en vie, ce qui relevait d'une «obstination déraisonnable».

«Il souhaitait ne pas être artificiellement maintenu en vie»

Si le Conseil d'État «a souligné que l'état médical le plus grave, y compris la perte irréversible de toute conscience, ne peut jamais suffire à justifier un arrêt de traitement», il a également estimé «qu'une attention toute particulière doit être accordée à la volonté du patient», a expliqué le vice-président du Conseil, Jean-Marc Sauvé, dans une déclaration à la presse.

Et dans le cas particulier de Vincent Lambert, «il avait, avant son accident, clairement et à plusieurs reprises exprimé le souhait de ne pas être artificiellement maintenu en vie». Selon le Conseil, «le médecin en charge de Vincent Lambert a respecté les conditions imposées par la loi pour l'arrêt des traitements».

>> QUESTION DU JOUR. Affaire Lambert : comprenez-vous la décision du Conseil d'Etat ?

VIDEO. Le Conseil d'Etat justifie sa décision d'arrêter les soins

VIDEO. «Sa souffrance a été entendue» estime une partie de la famille

La décision du Conseil d'État «conforte» la loi de 2005 sur la fin de vie qui interdit l'acharnement thérapeutique, a réagi de son côté l'auteur de cette loi, le député UMP Jean Leonetti, en précisant qu'elle n'est pas «une validation d'un acte euthanasique, mais le refus de l'acharnement thérapeutique». Et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean-648 le mardi 24 juin 2014 à 20:48

    La liberté absolue consiste également à dire "je ne veux plus vivre". Ce n'est pas à la religion de répondre à notre place. Quel est le sens de la vie s'il n'y a que souffrance et plus aucun avenir ??

  • celiron le mardi 24 juin 2014 à 20:11

    Il ne s'agit pas ici d'acharnement thérapeutique mais tout simplement de donner à boire et à manger à un être humain encore en vie. Et de soulager ses souffrances par les modestes moyens à notre disposition. L'objet n'est pas de maintenir en vie Vincent Lambert envers et contre tout mais de lui apportant un minimum d'humanité en lui donnant à manger et à boire. Ce que semble lui refuser le conseil d'état.

  • manx750 le mardi 24 juin 2014 à 19:34

    @leraleur : quel être vivant a une chance de "revivre" comme vous dites ; c'est quoi "revivre" Pouvoir se depalcer de son frigo ppur prendre une biere à son canapé pour voir un match de foot ? etre paraplégique ? être sourd ? etre différent ? pas facile à définir.

  • wecando2 le mardi 24 juin 2014 à 19:18

    Au fait, combien coute LeRaleur à la sécu. Attention à ne pas donner trop d'idées de sources d'économie par les temps qui courrent !Le sujet de la fin de vie est trop grave pour être mis entre les mains du législateur. Qui sommes-nous pour décider de mettre fin à une vie et à juger de sa pertinence ?

  • LeRaleur le mardi 24 juin 2014 à 18:59

    La mort n'est que la fin de la vie, donc rien d'extraordinaire. Cette pauvre personne « n'ayant aucune chance de revivre », il ne sert à rien de prolonger cette histoire.

  • manx750 le mardi 24 juin 2014 à 18:55

    Donc, en France une juridiction administrative peut prononcer une peine de mort ? Asse horrible même pour une plante verte : condamnéee à mourir de faim et de soif... sic transit gloria mundi et le monde hédoniste de s'extasier d'une grande avancée de la civilisation.

  • LeRaleur le mardi 24 juin 2014 à 17:33

    Une plante verte qui coûte une fortune à la sécu.

  • opelin le mardi 24 juin 2014 à 17:28

    Et c'est reparti pour 2 ou 3 ans ...