Fin de série à la Bourse de Paris

le
0
DR
DR
(lerevenu.com) - Les dernières données macroéconomiques européennes ont été décevantes ce matin. La France, l'Allemagne et l'Italie ont en effet successivement publié des PIB inférieurs aux attentes au titre de leur 4ème trimestre 2012... La séance a aussi été marquée par une série de publications d'entreprises européennes, avec BNP Paribas, EDF, Suez Environnement, Renault, Pernod Ricard, Publicis ou Imerys en France et ABB, Zurich Insurance, Nestlé, Rio Tinto, Clariant, Solvay, Rolls-Royce, Puma ou Iberdrola chez nos voisins...

Outre-Atlantique, alors que la période des publications d'entreprises américaines touche doucement à sa fin, Wall Street s'affiche en légère baisse pour le moment, malgré des chiffres du chômage meilleurs que prévu, et les annonces d'importantes opérations de fusions/acquisitions. US Airways a en effet confirmé son rapprochement avec American Airlines, dans le cadre d'un accord de 11 milliards de dollars. Mieux encore, Berkshire Hathaway, firme de Warren Buffett, a annoncé avec 3G Capital une OPA de 28 milliards de dollars sur le groupe alimentaire américain Heinz ! Pour finir, toujours dans l'actualité des "fusacqs" géantes, Anheuser-Busch a accepté quelques concessions afin de mener à bien son OPA de 20 milliards sur le Mexicain Grupo Modelo...

ECO ET DEVISES

Le Département US au Travail vient d'annoncer que les inscriptions hebdomadaires nouvelles au chômage, sur un rythme ajusté des variations saisonnières, ont reculé de 27.000 sur la semaine antérieure à 341.000. Un chiffre meilleur qu'attendu puisque le consensus Bloomberg tablait sur 360.000 nouvelles demandes.

Avec des données inférieures aux attentes pour les économies allemande, française et italienne au 4ème trimestre 2012 la croissance de la zone euro promettait de faire grise mine sur la période. De fait, le PIB s'est contracté de -0,6%, alors que les économistes n'anticipaient en moyenne que -0,4%. Sur un an, l'économie de la zone euro recule de -0,9%.

L'économie allemande s'est contractée davantage que prévu en fin d'année 2012, signe que la première puissance européenne n'échappe pas à la crise de la zone euro. Ajusté des variations saisonnières et des effets calendaires, le produit intérieur brut affiche ainsi une baisse de 0,6% au quatrième trimestre après avoir progressé au cours des trois trimestres précédent de respectivement 0,5%, 0,3% et 0,2%. Le consensus tablait sur un repli de 0,5%. Sur un an, le PIB progresse de 0,1%.

Le PIB français s'est contracté de -0,3% au 4ème trimestre 2012, selon les données préliminaires publiées ce matin par l'INSEE. Les économistes redoutaient en moyenne -0,2%. Sur un an, le PIB baisse également de -0,3%.

L'Italie annonce un PIB décevant pour le quatrième trimestre 2012. L'économie transalpine s'est ainsi contractée de 0,9% au cours des trois derniers mois de l'année passée contre un repli de 0,6% attendu par les économistes et un recul de 0,2% au troisième trimestre. Sur un an, le PIB affiche une baisse de 2,7% contre 2,2% de consensus.

Le Japon a subi son troisième trimestre consécutif de décroissance ! Le Produit intérieur brut de l'archipel nippon a ainsi chuté de 0,1% au 4ème trimestre (-0,4% en rythme annuel) par rapport au 3ème trimestre (et de 0,4% sur un an), alors que les économistes s'attendaient à un rebond de 0,4% en rythme annuel. Pour l'ensemble de 2012, la croissance a tout de même atteint 1,9% grâce à un vif rebond au 1er trimestre, lié à la reconstruction post-séisme et tsunami de mars 2011.

La parité euro / dollar atteint 1,3327. Le baril de Brent se négocie 117,8$ et le WTI 97,4$ pour l'échéance d'avril. L'once d'or se traite 1.641,9$.

VALEURS EN HAUSSE

* Haulotte et Bull progressent respectivement de 12,7% et 3,7%, après de bons chiffres. Petit accès spéculatif sur Lexibook (+8,1%) après que la société eut été primée par Mattel.

* Renault grimpe de 7,6%. Le titre progresse après avoir dévoilé des résultats qui, s'ils reculent, n'en demeurent pas moins solides au regard du contexte économique, voire des comptes publiés par le rival Peugeot hier.

* EDF gagne 5%, après avoir publié ses résultats 2012 ce matin. Les investisseurs saluent les efforts sur la dette et la perspective d'un dividende de 1,25 euro au titre de l'exercice 2012, alors que le marché tablait sur une stabilité par rapport aux 1,15 euros versés en 2011. Un acompte ayant déjà été versé en décembre, le solde représente 0,68 euro. Si les actionnaires le valident en assemblée générale, EDF proposera la faculté d'obtenir 0,10 euro de coupon en actions.

* Pernod Ricard (+2,1%). Les investisseurs saluent les derniers résultats et la confirmation des objectifs annuels du groupe de spiritueux. Malgré l'effet de sur-stockages en France et le décalage d'un Nouvel an chinois plus tardif, le numéro deux mondial des spiritueux enregistre de bonnes performances. Le groupe réitère enfin l'objectif d'une croissance interne du résultat opérationnel proche de +6% pour l'ensemble de l'exercice 2012-2013.

* BNP Paribas reprend 1,9%. Les résultats 2012 montrent que la banque a encore su tirer son épingle du jeu, malgré des ratios de rentabilité qui reculent. BNP Paribas affiche un ratio "Common Equity Tier 1 Bâle 3 plein" de 9,9% au 31 décembre. Le ratio "Common Equity Tier 1" conforme à la directive CRD3 atteint 11,8%. BNP préparera cette année un plan de développement 2014-2016 sur la base des plans d'action des différents pôles avec un objectif de présentation d'ensemble début 2014.

* Publicis progresse de 0,8%. L'agence a bouclé 2012 sur une croissance de 13,7% à 6,61 milliards d'euros en matière de revenu, et sur une marge opérationnelle avant amortissements de 1,19 milliard d'euros, en progression de 15,1%, soit 18% de l'activité contre 17,8% un an avant. Le bénéfice net part du groupe augmente de 22,8% à 737 millions d'euros. La société a amélioré son free cash flow avant variation du besoin en fonds de roulement de 7,8% à 759 millions d'euros. Un dividende de 0,90 euro, en hausse de 28,6%, est proposé. "Nos objectifs internes sont très raisonnablement ambitieux : une croissance meilleure que celle réalisée en 2012 et que la moyenne du marché ainsi qu'encore une légère amélioration de notre marge", a indiqué Maurice Lévy.

VALEURS EN BAISSE

* HF chute de 14,9%. Le dossier est chahuté après des comptes jugés décevants, marqués par une perte nette sévère.

* Alès Group cède 4,8%. La fin d'année s'est révélée difficile, entraînant un avertissement sur l'activité et les résultats.

* Veolia cède 4,5%. La dernière émission de titres hybrides de Veolia Environnement, soit 1 milliard d'euros et 400 millions de livres d'obligations perpétuelles fortement subordonnées, obtient la notation "Baa3" définitive chez Moody's. La perspective est stable. L'agence note le produit deux crans sous la notation crédit de l'entreprise ("Baa1"), du fait de ses caractéristiques, notamment sa forte subordination et la faculté offerte à l'émetteur d'en décaler les coupons.

* Société Générale recule de 3,5% avec Crédit Agricole (-1,8%). Fitch Ratings estime que les derniers résultats trimestriels de la Société Générale ne fournissent pas d'informations qui pourraient conduire à une action immédiate sur sa notation. L'établissement a dégagé un produit net bancaire de 5,13 Milliards d'euros au 4ème trimestre 2012, en baisse de -14,5% en glissement annuel sur une base constante. Le résultat brut d'exploitation chute de -36,6% à 992 ME, et le résultat net est négatif de -476 ME.

* Michelin abandonne de son côté 2,9% et enregistre ainsi une troisième séance consécutive de baisse.

* Carrefour perd encore 2,7% après avoir déjà cédé 1,3% hier.

* Suez Environnement perd aussi 2,7%. Le titre recule après la publication des résultats 2012.

Finance Plus, édité par lerevenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant