Fin de semaine positive pour les actions, regain d'espoir aux USA

le
2
LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN LÉGÈRE HAUSSE
LES BOURSES EUROPÉENNES TERMINENT EN LÉGÈRE HAUSSE

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé en légère hausse vendredi mais en dessous de leurs plus hauts du jour, affectées par des prises de profit en fin de séance, tandis que Wall Street inscrivait de nouveaux records, que le dollar s'appréciait et que les rendements obligataires montaient après l'adoption par le Sénat américain d'un texte budgétaire, qui ravive les espoirs de voir la réforme fiscale promise par Donald Trump entrer en vigueur avant la fin de l'année.

À Paris, le CAC 40 a fini sur une progression de 0,08% (4,09 points) à 5.372,38 points. Le FTSE 100 à Londres et le Dax à Francfort ont clôturé quasiment inchangés. L'indice EuroStoxx 50 a gagné 0,08%, le FTSEurofirst 300 0,18% et le Stoxx 600 0,26%.

Le CAC 40 a progressé en séance jusqu'à 0,44% avant de céder progressivement du terrain. De même, le Dax est monté en tout début de séance à 13.063,57 points, non loin du record inscrit mercredi.

Au moment de la clôture en Europe, la tendance restait plus soutenue à Wall Street, où le Dow Jones et le Standard & Poor's 500 ont inscrit des records, grâce entre autres au soutien des valeurs financières, dont l'indice de référence prend 1%.

Aux Etats-Unis comme en Europe, le secteur financier profite en effet de la remontée des rendements obligataires après l'adoption par le Sénat américain d'une résolution sur le projet de budget, qui pourrait faciliter le vote d'ici la fin de l'année du projet de réforme fiscale de l'administration Trump.

Le rendement des Treasuries à dix ans a touché un plus haut de deux semaines à 2,374% et il est bien parti pour enregistrer sa plus forte hebdomadaire en cinq semaines. Le deux ans, lui, a atteint un pic de près de neuf ans à 1,576%.

Côté européen, le rendement à dix ans allemand est revenu à plus de 0,45%, en hausse de six points de base sur la journée, et son équivalent français finit la semaine juste en dessous de 0,87%.

LE DOLLAR ET LE STERLING EN HAUSSE

Du côté des devises, le dollar gagne 0,53% face à un panier de devises de référence, et il est en passe d'enregistrer sa plus forte hausse sur une séance depuis plus de deux semaines.

L'euro est repassé sous 1,1770 dollar.

La livre sterling a quant à elle profité des déclarations jugées encourageantes de plusieurs dirigeants européens, dont la Première ministre britannique, Theresa May, à l'issue du Conseil européen à Bruxelles sur le dossier du Brexit.

Son rebond a contribué à l'effacement d'une partie des gains de la Bourse de Londres en fin de séance.

Sur les marchés actions européens, la séance a aussi été animée par des publications de résultats trimestriels diversement accueillies.

Plus forte hausse du Stoxx 600, le spécialiste des équipements de réseaux Ericsson a pris 7,96% en dépit d'une lourde perte, le groupe ayant écarté tout appel au marché pour financer sa restructuration. Dans son sillage, Nokia s'est adjugé 3,86%.

Le constructeur suédois de poids lourds Volvo a bondi de 6,96%, le marché saluant un bénéfice d'exploitation courant nettement supérieur aux attentes et la révision à la hausse de ses prévisions de demande.

A Paris, Arcelormittal (+2,05%), en tête du CAC, a profité du relèvement de la recommandation d'UBS et de la hausse des cours des métaux.

A la baisse, Accor a perdu 3,29%, la plus forte baisse du CAC, après avoir fait état d'un ralentissement de sa croissance au troisième trimestre.

Egalement sanctionné, Renault (-1,42%) a de nouveau souffert du scandale des pratiques non conformes de certification chez son allié japonais Nissan, qui lui avait déjà fait perdre près de 2% jeudi.

Sur l'ensemble de la semaine, si le Stoxx 600 a reculé de 0,33%, le CAC a progressé de 0,39%.

Le marché pétrolier, dans le rouge pendant une bonne partie de la séance, est revenu pratiquement à l'équilibre.

(Edité par Juliette Rouillon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 il y a un mois

    Pour les bourses américaines et des pays émergents, pour le reste, notamment, l'Europe, c'est un flop généralisé ! Et ne parlons pas du pauvre CAC 40, parlons plutot du désert! Le peu d'acteurs restant n'impressionnent même plus les autres qui n'en ont plus rien à faire! Eh oui les investisseurs américains rapatrient leurs capitaux et sortent des bourses européennes où il n'y a vraiment rien à gratter, notamment dans cette Europe de technocrates engluée dans la crise perpétuelle !

  • Tinou23 il y a un mois

    Oui bien sûr hausse minable de 0.08% du cac cest super

Partenaires Taux