Fin de semaine hésitante sur les marchés asiatiques

le
0
Les Bourses de la région évoluent en ordre dispersé ce vendredi, après une clôture en baisse à Wall Street hier. Le Nikkei japonais progresse alors que le gouvernement s'engage à nouveau à freiner la hausse du yen.

Pour ce dernier jour de la semaine, les marchés asiatiques ont décidé de suivre des chemins séparés. Cettte dispersion fait suite au recul de Wall Street jeudi. Les marchés américains ont de nouveau connu une séance volatile qui les a amené à une clôture en baisse de 0,44%. Les annonces macroéconomiques, notamment le recul du nombre d'inscrits aux allocations chômage et le PIB du deuxième trimestre revu à la hausse outre-Atlantique, n'ont pas rassurés. Les marchés ont eu du mal à encaisser l'annonce d'une dégradation de la note de l'Espagne par Moody's. Ce matin, les marchés asiatiques digèrent à leur tour la nouvelle.

Par ailleurs, la prudence est de mise alors que doivent encore être publiés des indicateurs majeurs aux Etats-Unis. Sont notamment attendus les revenus et dépenses des ménages ainsi que les dépenses de construction d'août,l'indice du sentiment des consommateurs et l'ISM manufacturier de septembre.

La déflation se poursuit au Japon

Au Japon, les investisseurs sont fébriles. Le Nikkei a démarré la séance sur une hausse de 0,76% avent de freiner sa progression. A une heure de la clôture, l'indice phare de la Bourse de Tokyo gagne 0,33% à 9400 points. Le Topix, de son côté, perd 0,37% à 826 points.Une bonne nouvelle sur le front de l'emploi maintient l'indice principal dans le vert: le taux de chômage dans l'archipel a très légèrement baissé à 5,1% en août contre 5,2% en juillet. Il y avait en août 3,37 millions de chômeurs au Japon. La consommation des ménages a augmenté de 1,7% en août.

Les dépenses de transport, qui inculent l'achat de voiture, ont bondi de 8,6%. Mais corrigé de l'inflation, cette hausse n'est que de 0,8%, tempère le ministère des Affaires intérieures. Le Japon est toujours victime de la déflation comme en témoigne cette nouvelle baisse des prix de 1% sur un an encaissée en août. Hors alimentation et énergie, les prix chutent de 1,5%.

La cherté du yen, qui renforce le phénomène et freine la croissance du Japon, est toujours au coeur des préoccupations du gouvernement. Le Premier ministre, Naoto Kan, a promis ce vendredi que ses équipes allaient prendre des dispositions décisives pour stopper la hausse de la monnaie nationale.

Mitigées

En Chine, les Bourses de Hong Kong et de Shanghai sont fermées. Du côté des indicateurs, l'actualité est en revanche bien présente. La China Federation of Logistics and Purchasing (CFLP), une organisation proche du gouvernement, a confirmé l'évolution de l'indice PMI manufacturier, dévoilée par HSBC en début de semaine. Ce dernier marque bien une accélération en s'établissant à 53,8 en septembre contre 51,7 en août.

Ailleurs, même tendance. En Corée, le Kosdaq lâche 0,47%, le S&P australien perd 0,39%. En revanche, les Bourses indienne et pakistanaise s'affichent en hausses respectives de 1,16% et 0,28%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant