Fin de la prise d'otages dans un hôtel du centre du Mali

le , mis à jour à 12:40
0

* Quatre otages libérés et trois morts * La France n'est pas intervenue directement, dit Paris * La menace islamiste continue de peser au Mali (Avec précisions de Paris, témoignage) par Emma Farge et Adama Diarra BAMAKO, 8 août (Reuters) - Les forces spéciales maliennes ont donné l'assaut samedi à l'hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali, libérant quatre otages qui étaient retenus depuis la veille par des islamistes présumés, a annoncé le ministère malien de la Défense. Trois corps ont également été retrouvés à l'intérieur de l'établissement, ajoute le ministère. A Paris, l'état-major des forces armées a déclaré à Reuters que le contingent français présent au Mali dans le cadre de l'opération Barkhane n'était pas intervenu directement sur le terrain, contrairement à ce qu'a laissé entendre Bamako : "Ce sont les Maliens qui ont libéré les otages." La participation française s'est limitée à un rôle de coordination entre la mission de maintien de l'Onu au Mali (Minusma) et l'armée maliennes et à une démonstration de force, vendredi après-midi, avec le survol de l'établissement par deux Rafale, précise-t-on de même source. Les auteurs de l'attaque avaient fait irruption vendredi matin dans l'hôtel Byblos, fréquenté par le personnel de la Minusma. Ils s'y étaient retranchés avec plusieurs otages. Cinq soldats maliens et un employé de la Minusma ont péri lors de l'attaque et au cours des échanges de coups de feu qui ont suivi, de même que trois membres du commando, dont un portait une ceinture d'explosifs. "Il semble que (la prise d'otages) est terminée et s'est bien terminé"", a déclaré samedi matin le colonel Diaran Koné, porte-parole du ministère malien de la Défense. "Nous avons libéré quatre otages. Malheureusement, nous avons aussi trouvé trois corps sur les lieux", a-t-il ajouté, sans divulguer la nationalité des otages libérés et des morts. Un témoin a rapporté que l'assaut avait été mené entre 04h00 et 05h00 (04h00 GMT-05h00 GMT). "Nous n'avons pas entendu cette fois de tirs d'armes lourdes. Simplement des armes légères", a dit cet habitant. UNE MENACE PERMANENTE Des sources militaires maliennes ont mentionné la présence de clients français et sud-africains dans l'hôtel. Mais on ignore encore s'il y avait des Français parmi les otages. "Des vérifications sont toujours en cours pour établir s'il y avait ou non des ressortissants français sur place", a-t-on déclaré samedi matin à Reuters au ministère des Affaires étrangères à Paris. Les autorités ukrainiennes et russes ont pour leur part confirmé la présence de ressortissants parmi les otages. Samedi, les agences de presse russes, citant un attaché de presse de l'ambassade de Russie à Bamako, rapportent qu'un Russe travaillant pour la compagnie aérienne UTair figure parmi les otages libérés. Située non loin de Mopti, dans le centre du Mali, Sévaré se trouve à quelque 600 km au nord-est de la capitale, Bamako. L'attaque du Byblos, bien plus au sud des zones où opèrent traditionnellement les islamistes, illustre la menace qu'ils continuent de représenter plus de deux ans après l'intervention des soldats français de l'opération Serval et de soldats africains. Le mois dernier, le groupe Ansar Dine, lié à Al Qaïda, a revendiqué une série d'attaques contre des casques bleus de l'Onu et des soldats maliens à Bamako et dans des secteurs proches des frontières avec la Côte d'Ivoire et la Mauritanie. (voir ID:nL8N0ZM2M0 ) Le groupe djihadiste n'a pas pris part aux discussions qui ont abouti en juin à la conclusion d'un accord de paix et de réconciliation entre les principaux groupes rebelles touaregs et le gouvernement malien. (Avec Emmanuel Jarry à Paris; édité par Henri-Pierre André)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant