Fin de la première phase du procès du double attentat de Boston

le
0

BOSTON, 6 avril (Reuters) - Les avocats de Djokhar Tsarnaev, jugé pour le double attentat d'avril 2013 à l'arrivée du marathon de Boston, et les procureurs fédéraux livreront ce lundi leurs observations finales avant que les jurés ne se retirent pour se prononcer sur la culpabilité du jeune homme. L'accusé est poursuivi pour sa responsabilité dans le double attentat du 15 avril 2013 qui a fait trois morts et plus de 260 blessés non loin de la ligne d'arrivée de la course et dans une fusillade trois jours plus tard sur le campus du Massachusetts Institute of Technology (MIT), fatale à un policier. Son frère aîné, Tamerlan, a lui aussi péri lors de leur cavale. Le 4 mars, une de ses avocates a admis que son client avait une part de responsabilité dans les faits, mais a imputé à son frère aîné la paternité du projet ainsi que l'essentiel de sa mise en oeuvre. Les déclarations finales de l'accusation et de la défense refermeront la première phase du procès. Si la culpabilité de Djokhar Tsarnaev est retenue par les jurés, le procès entrera alors dans la phase de détermination de sa peine. Le jeune homme de 21 ans est passible de la peine de mort ou la réclusion criminelle à perpétuité sans possibilité de remise de peine. La première phase de son procès devant le tribunal fédéral de Boston s'est déroulée à un rythme très élevé, seize jours d'audience seulement ayant suffi aux deux parties pour exposer leurs vues, soit moins que le temps consacré au début de l'année à la sélection des jurés. Cette célérité s'explique par la stratégie de la défense, qui consiste à charger Tamerlan Tsarnaev pour dédouaner son jeune frère. Mais cet argument ne peut être étayé tant que l'accusé n'aura pas été déclaré coupable. Par conséquent, les avocats du jeune homme sont très peu intervenus lors la première phase de son procès, interrogeant moins de la moitié des témoins présentés par l'accusation et n'appelant à la barre que quatre de leurs témoins. Il devrait en aller autrement lors de la prochaine phase. Pour l'heure, les témoins entendus à Boston ont déclaré qu'aucune empreinte digitale de Djokhar Tsarnaev n'avait été retrouvée sur le matériel saisi dans l'appartement de son frère Tamerlan et ayant servi à la fabrication de bombes. Ils ont également indiqué que les textes extrémistes retrouvés sur le disque dur de son ordinateur, dont des éditions d'Inspire, magazine en ligne d'Al Qaïda, avaient été téléchargés par Tamerlan. Mais les jurés ont également vu des clichés de Djokhar Tsarnaev à l'arrivée du marathon, portant un sac à dos au milieu de la foule, quelques minutes avant l'explosion fatale à trois personnes, dont un petit garçon de huit ans. L'accusé, au cours de la première phase, n'a pas pris la parole. (Scott Malone; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant