Fin de la manif' des lycéens contre l'expulsion d'élèves étrangers

le
0
Fin de la manif' des lycéens contre l'expulsion d'élèves étrangers
Fin de la manif' des lycéens contre l'expulsion d'élèves étrangers

Plusieurs milliers de lycéens ont défilé ce jeudi à Paris. Ils protestaient contre l'expulsion, très médiatisée, de Leonarda, la collégienne du Doubs, remise à la police lors d'une sortie scolaire, et celle de Khatchik Kachatryan, élève au lycée parisien Camille-Jénatzy, expulsé samedi vers l'Arménie. Sit-in, établissements bloqués ou entrées filtrées...une vingtaine d'établissements publics de la capitale ont été perturbés dans la matinée, ainsi que certains dans plusieurs villes de France, comme Grenoble ou Avignon.

Le mouvement pourrait se poursuivre ce vendredi, veille du début des vacances de la Toussaint. La Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl) a appelé à poursuivre les blocages de lycées et annonce un rassemblement place de la Bastille à Paris.

«Valls dehors» ont scandé les lycéens

A Paris, les manifestants - 7 000 selon la Fidl, et 2 500 selon la préfecture de police - sont partis de la place de la Nation en fin de matinée et sont arrivés en début d'après-midi aux abords du ministère de l'Intérieur. Dans le cortège fusaient des slogans contre Manuel Valls tels que «Khatchik en France, Valls en Arménie», ou encore «Valls dehors». Un manifestant a été interpellé pour jets de projectiles et la police a fait usage de bombes lacrymogènes envers les jeunes les plus agités. Puis le cortège s'est dispersé en milieu d'après-midi sans autre incident.

«On veut montrer au ministre de l'intérieur que ce n'est pas normal d'expulser des élèves de l'école de la République, dont les valeurs sont l'intégration et le vivre ensemble», a commenté Yvan Dementhon, président de l'UNL. Mais Manuel Valls était lui loin de Paris, en voyage depuis mercredi aux Antilles pour parler lutte contre la délinquance.

Le Snes-FSU, syndicat national des enseignements du second-degré, et la FCPE, principale fédération de parents d'élèves, ont dit soutenir ce mouvement. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant