Fin de la baisse des prix immobiliers, sauf en région parisienne

le
0

Les prix ont progressé de 0,3 % en France en début d’année. Mais ils ont continué à reculer en Ile-de-France. A Paris, le prix moyen au m² est tombé à 7910 euros en mars, en baisse de 2,9 % sur un an.

Même si le marché immobilier tourne toujours au ralenti, les prix des logements anciens ont augmenté de 0,3 % au premier trimestre par rapport aux trois mois précédents, selon l’indice Notaires-Insee. Cette légère hausse est essentiellement due à la poursuite du rebond du prix des maisons (+ 0,6 %), alors que le tarif des appartements a continué à s’effriter de 0,2 %. Sur un an toutefois, la tendance reste baissière, les prix ayant fondu de 1,9 % par rapport au premier trimestre 2014 (-2,5 % pour les appartements et -1,5 % pour les maisons). Le volume de transactions s’est lui «stabilisé» au premier trimestre, même si le nombre de logements vendus reste inférieur de 4,6 % par rapport au premier trimestre 2014 (-4,6 %).

Au cours des trois premiers mois de l’année, les prix ont uniquement rebondi en province (+0,6 % mais recul des prix de 1,8 % sur un an). En revanche, l’érosion (-0,4 %) s’est poursuivie en Ile-de-France, alors que le nombre de logements anciens vendus est resté stable par rapport au premier trimestre 2014 (-6 % par rapport à la moyenne de ces dix dernières années), constatent les notaires franciliens. Sur un an, la baisse des prix a atteint 2,1 % en moyenne: recul de 2 % en Petite Couronne et de 2,9 % en Grande Couronne (baisse plus marquée dans les Yvelines où les prix ont chuté de 2,8 % en trois mois).

Tous les arrondissements de l’Est parisien sous les 8000 euros le m²

Paris ne fait pas exception à la règle. Malgré une très légère progression du nombre de logements vendus au premier trimestre (+2 %), l’activité reste «médiocre» (-26 % par rapport à 1999/2007). Résultat, les prix ont reculé de 2,9 % en un an, mais seulement de 4,2% en trois ans. Les arrondissements les plus chers de la capitale ont enregistré de sévères baisses: en un an, ils ont dévissé de 8,9 % dans le VIIIe et de 7,4 % dans le VIe. Suivent, les XIIIe (-4,3 %), XIVe (-4,2 %), XVIIe et XIXe (-3,2 %). Dans le XVIe (-2,9 %), le prix moyen au m² est passé sous les 8000 euros (7880 euros le m²). «Désormais, le prix moyen au m² est passé sous les 8 000 euros dans tous les arrondissements de l’Est parisien», souligne Marc Friedrich, notaire.

Après des mois d’hiver un peu terne, le marché parisien a retrouvé un peu de vigueur au printemps. «Les mois de mars et d’avril ont été dynamiques», note Thierry Delesalle, notaire à Paris. «Le nombre de transactions au deuxième trimestre devrait été supérieur à la même période de 2014», prévoit-il. En se basant sur les avants contrats signés ces derniers mois, les notaires tablent sur un prix moyen au m² de 7 950 euros, contre 7 910 euros en mars. «Malgré cette hausse saisonnière, en juillet, les prix resteront en baisse de 2,9 % par rapport à juillet 2014», estiment les notaires.

Nombre record d’étrangers grâce à la baisse de l’euro

Par ailleurs, les acquéreurs étrangers sont de plus en plus nombreux, Italiens en tête, suivis par des Britanniques favorisés par la baisse de l’euro face à la livre sterling ou encore des Libanais. «Nous notons une présence de plus en plus forte des acquéreurs étrangers venus des zones dollar et livre sterling, qui sont de retour sur le marché parisien», note Thierry Delesalle. Au premier trimestre, les étrangers ont représenté 9,2 % des transactions dans la capitale (contre 8,2 % l’an dernier). «Ce sont des niveaux record depuis dix ans, toutes zones confondues», ajoute le notaire.

La baisse des prix pourrait ne pas durer. Anticipant une hausse prochaine des taux des crédits immobiliers, de nombreux parisiens attentistes pourraient finalement dans les semaines ou les mois qui viennent concrétiser leurs projets. «L’afflux d’acquéreurs sur un marché faible devrait avoir une incidence sur les prix», estime Thierry Delesalle. Ils ne devraient donc ne plus baisser. «Mais résister fortement», anticipe le notaire parisien.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant