Fin de l'Eurogroupe, les tractations se poursuivent entre experts

le , mis à jour à 22:26
0

(Actualisé avec fin de l'Eurogroupe à Bruxelles, où les discussions se poursuivent) BRUXELLES, 24 juin (Reuters) - Les discussions entre les représentants de la Grèce et de ses créanciers vont se poursuivre dans la nuit de mercredi à jeudi à Bruxelles, où les ministres des Finances de l'Eurogroupe se sont séparés après une brève réunion, la dixième depuis l'arrivée au pouvoir de la gauche anti-austérité à Athènes fin janvier. "C'est tout pour ce soir. L'Eurogroupe continuera demain à 13h00 (11h00 GMT)", a déclaré en début de soirée le ministre finlandais des Finances, Alexander Stubb sur son fil Twitter. Les ministres feront alors le point sur l'état des négociations qui vont se poursuivre dans la nuit entre les experts d'Athènes et des "institutions" (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international). L'objectif, a déclaré le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, est de parvenir à un accord qui serait soumis aux ministres des Finances. De source gouvernementale grecque, on précise que le Premier ministre, Alexis Tsipras, qui a passé l'après-midi à s'entretenir avec les dirigeants de la Commission européenne, du FMI, de la BCE, devrait participer à cette nuit de travail. "Ils sont toujours bloqués sur les mêmes lignes rouges", a noté un responsable de la zone euro. Le camp grec a critiqué pour sa part toute la journée les contre-propositions des "institutions", jugées "absurdes" par le ministre d'Etat pour la coordination du projet gouvernemental, Alekos Flabouraris. "Les institutions ont soumis un nouveau projet qui fait porter le fardeau aux salariés et aux retraités d'une manière socialement injuste et elles ont proposé des mesures qui permettent à ceux qui peuvent le supporter d'éviter de porter le fardeau", a dit dans la soirée un responsable gouvernemental. SCHÄUBLE: "PAS GRAND CHOSE DE NEUF DEPUIS LUNDI" A leur arrivée à Bruxelles pour une réunion qui aura duré au final moins d'une heure, plusieurs ministres avaient indiqué qu'il était encore trop tôt pour valider un accord. Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, dont le pays est le principal Etat prêteur de la Grèce, avait annoncé que l'état des travaux de préparation entre les experts d'Athènes et des "institutions" (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire internationale) ne permettrait pas de parvenir à un accord dans la soirée. "J'ai le sentiment qu'il n'y a pas eu grand chose de neuf depuis lundi", avait-il ajouté. Un avis partagé par son homologue finlandais Alexander Stubb. "Je serais positivement surpris que nous ayons un accord cette nuit", a-t-il dit. L'enthousiasme suscité par les propositions présentées dans la nuit de dimanche à lundi par Athènes aux experts des "institutions" s'est dissipé depuis. Les discussions bloquent toujours sur plusieurs points, dont les retraites, la TVA et la fiscalité des entreprises. (voir ID:nL8N0ZA3TE ) "Nous sommes dans un processus de négociations intenses. Nous faisons des progrès, nous n'y sommes pas encore", a souligné le vice-président de la Commission, Valdis Dombrovskis, chargé de l'euro, qui s'exprimait lui aussi avant la réunion des ministres des Finances. "Nous allons rendre compte aux ministres de l'état des négociations et recevoir de nouvelles instructions sur la manière de progresser", a-t-il ajouté. "Il est probable que nous allons avoir une longue nuit mais je ne peux rien dire de plus à ce stade." Du rapport des "institutions" dépend la suite du processus, alors que les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne se réunissent jeudi et vendredi en sommet à Bruxelles. (Bureau de Bruxelles,; Henri-Pierre André pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux