Fillon vole au secours du boulanger Stéphane Cazenave

le
1
Les boulangeries doivent fermer au moins un jour par semaine.
Les boulangeries doivent fermer au moins un jour par semaine.

L'opposition vient de se trouver un nouvel héros : Stéphane Cazenave, boulanger établi à Saint-Paul-lès-Dax (Landes), lauréat en 2014 du prix de la meilleure baguette... et mis en demeure par la justice de fermer un jour par semaine. L'histoire, racontée vendredi par France Bleu Gascogne, a fait le tour des médias nationaux avant de tomber dans l'escarcelle des politiques. François Fillon, d'abord, qui a téléphoné au valeureux artisan mardi. "Il lui a exprimé tout son soutien dans sa volonté d'être libre de travailler 7 jours sur 7", précise un communiqué diffusé dans la foulée. "Que le travail puisse dans notre pays être considéré comme un délit et la passion d'un artisan ainsi bridée doit nous alerter sur l'absurdité de notre système. Il est temps de libérer toutes ces énergies qui font la force de la France !"En cause : l'obligation, pour les boulangeries, de cesser de vendre du pain au moins un jour par semaine - jour dont le choix est laissé au commerçant. Stéphane Cazenave emploie 22 salariés et, depuis trois ans et demi, était ouvert du lundi au dimanche. Le boulanger a reçu "deux visites de l'Inspection du Travail en octobre 2013 et au printemps 2014", puis a été "auditionné par la police en juillet 2014", dans le cadre d'une "procédure de l'Inspection du Travail devant le Tribunal administratif", a-t-il précisé à l'Agence France-Presse. Il s'est finalement mis en règle et, depuis le 2 février, ferme le lundi. Mais "cela...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 11 fév 2015 à 13:02

    Il y a 30 ans deux vieilles filles tenaient une boutique ouvertes 7/7, à force d'attentats commis par les syndicats...elles ont craqué, c'est ça la France et sa liberté de travailler.