Fillon vante les réformes et explique la crise 

le
0
Pour le premier ministre, le plan d'austérité «est la condition sine qua non de la sauvegarde d'un système de soins solidaire et généreux».

Premier «VRP» du bilan, François Fillon poursuit son tour de France, avec un double objectif : vendre les réformes et faire de la pédagogie sur la crise.

Lundi à Toulon pour inaugurer l'hôpital Sainte-Musse, le premier ministre a ainsi vanté la poli­tique hospitalière du gouvernement. S'il a reconnu que la crise obligeait à «redéfinir les priorités», il a assuré qu'il s'agissait de «préserver les fondamentaux de notre système de solidarité». Son plan d'austérité, qui impacte le secteur de la santé, est «la condition sine qua non de la sauvegarde d'un système de soins solidaire et généreux , a-t-il lancé. Ceux qui disent le contraire mentent aux Français.» Sans les citer, il a aussi taclé ceux qui, à gauche, plaident pour des mesures coercitives visant à mieux répartir les médecins sur le territoire. «Je sais à quel point (ces) mesures se révèlent contre-productives dans le domaine de la santé» , a lancé le premier ministre, soucieux de ménag...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant