Fillon se démarque de Sarkozy à propos du Front national

le
0
Désormais tourné vers la présidentielle de 2017, l'ancien premier ministre exerce son droit d'inventaire. Et n'hésite plus à dire ses désaccords avec l'ancien président.

Tel Laurent Fabius parlant de François Mitterrand en 1984, François Fillon pourrait dire à propos de Nicolas Sarkozy: «Lui, c'est lui. Moi, c'est moi.» Dans un documentaire signé Franz-Olivier Giesbert, que France3 diffusera le 8 mai, l'ancien premier ministre se lâche. Avec le sourire, mais avec fermeté. Lui que l'on connaît si corseté, si avare de petites phrases vachardes en public, fait mieux que dresser un inventaire: il prend ses distances.

Sur le regard que les deux hommes ont porté sur la crise, d'abord. «En 2007, Sarkozy croit que ça va s'arranger. Moi, non.» Et quand, le 21 septembre 2007, François Fillon déclare en Corse: «je suis à la tête d'un État qui est en situation de faillite», le sang de Nicolas Sarkozy ne fait qu'un tour. Pas tant à cause du mot «faillite» qu'il ne fa...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant