Fillon : Sarkozy, "un homme d'État vulnérable aux humeurs de l'opinion"

le
0
François Fillon publie Faire, son manifeste pour la présidentielle, le 21 septembre. 
François Fillon publie Faire, son manifeste pour la présidentielle, le 21 septembre. 

Il ne prend pas forcément très bien la lumière, François Fillon, et il le sait. Alors, il assume : « Je préfère passer pour un terne plutôt que pour un illusionniste », écrit-il dans Faire, un livre dont le contenu a, jusqu'au bout, été tenu secret, selon

L

'Express, qui y a eu accès en exclusivité et en révèle les passages les plus croustillants.

En effet, Fillon le terne passe à l'attaque. Il faut dire que ce livre représente sans doute sa dernière chance de recoller à ses concurrents pour la primaire de 2016. Puisque le candidat n'a rien à perdre, il utilise sa dernière cartouche : s'attaquer frontalement à Nicolas Sarkozy, sa bête noire.

L'enjeu pour l'ancien Premier ministre est aussi de se démarquer du bilan d'un quinquennat qu'il a entièrement partagé avec Sarkozy à la tête de l'exécutif. Selon lui, le président d'alors a tout bonnement manqué de courage pour réformer par peur de déplaire. Le problème présidentiel : « La hantise qu'il avait de son image. [...] Il lui répugnait de ne pas être aimé. Cela fit de lui un extraordinaire combattant, mais un homme d'État vulnérable aux humeurs de l'opinion. » Et la sentence de tomber, sans appel : « Le court terme passait avant le long terme. »

Un « plébéien teigneux »

François Fillon estime donc qu'en 2012 ce n'est pas la droite qui a perdu, mais le seul Nicolas Sarkozy...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant