Fillon : « Il faut changer d'attitude vis-à-vis des électeurs du Front national»

le
6
Fillon : « Il faut changer d'attitude vis-à-vis des électeurs du Front national»
Fillon : « Il faut changer d'attitude vis-à-vis des électeurs du Front national»

Non, François Fillon ne «regrette pas» ses propos sur le Front national. Il déplore en revanche avoir été «mal compris». Sur RTL, l'ex-Premier ministre est revenu sur ses déclarations controversées faites à la rentrée. En cas, de duel FN/PS aux municipales, il avait conseillé de «voter pour le moins sectaire», rompant ainsi avec la tradition du front républicain qui consiste à appeler à voter systématiquement au second pour le candidat opposé à celui du parti d'extrême droite.

«Choisir les candidats les moins sectaires, c'est du bon sens», a-t-il jugé ce mardi matin. «Ce n'est pas une banalisation du Front national», a-t-il assuré. Selon lui, le problème est qu'on «essaie de présenter les choses de façon totalement binaire (avec seulement le PS et l'UMP, ndlr). 20% déclare voter FN. Ce n'est pas une situation banale.»

«Durcir le discours, ça ne marche pas»

A l'entendre, ses propos relèvent d'une stratégie réfléchie pour contrer la montée du FN et faire revenir les déçus de la droite républicaine. «Il faut changer d'attitude vis-à-vis des électeurs du Front national, il faut les considérer comme des citoyens à part entière. Jusqu'à maintenant, la droite a durci le discours, en pensant que c'était la meilleure façon de faire barrage au FN. Ca ne marche pas.»

Une vision radicalement différente de celle de Nicolas Sarkozy, qui avait «droitisé» ses discours lors de la campagne présidentielle. D'ailleurs François Fillon ne s'en cache pas : il a «le désir de proposer aux Français une autre façon de faire les choses, une autre voie politique qui est celle d'un vrai redressement national.» Est-il en opposition avec l'ancien président de la République? «Avec Nicolas Sarkozy, ce n'est pas une question personnelle, ce n'est pas une question de rivalité.»

Fillon tire à boulets rouges sur la réforme fiscale d'Ayrault

Interrogé sur la réforme ficale du gouvernement, le candidat ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mardi 3 déc 2013 à 16:20

    paspad...En parfait accord avec votre analyse ...Mais le problème, c'est que Fillon, en tant que premier Ministre, s'est tjrs caché derrière le BlingBling?!!!...

  • M1531771 le mardi 3 déc 2013 à 13:46

    Trop tard, nous ne vous voulons plus !

  • jean.e le mardi 3 déc 2013 à 12:57

    les moutons ne vont jamais dans une mauvaise bergerie

  • jmbuzy le mardi 3 déc 2013 à 12:08

    Ouais, ça racole dur ..... y aurait pas des élections bientôt ?Marine leur met le trouillomètre à zéro et ils savent plus comment s'en sortir ...Depuis plus de 30 ans on est gouvernés par des incompétents ou des purs politicards qui nous mènent dans le mur, à m'ment donné comme dit l'autre ça marche plus les magouilles ....

  • paspad le mardi 3 déc 2013 à 12:03

    suite..... des controleurs aériens qui "travaillent" 100 jours/an, des enseignants (dixit Peillon) 140 jours/an, des employés communaux Parisiens qui accumulent d'invraisemblables semaines de repos compensateurs, etc, etc, etc .... STOP

  • paspad le mardi 3 déc 2013 à 12:00

    il a raison sur tous les plans........ le front républicain est un diner de k.on dans lequel l'UMP sert de k.on ........ la réforme fiscale, c'est un nouveau matraquage de la classe moyenne, les socialos ne vont pas faire payer leur électorat d'assistés, de parasites ....... les fonctionnaires qui travaillent plus : bien sur, au départ de la loi des 35 heures de Madame 13°, la fonction publique en était soi-disant exclue et on a vu les résultats