Fillon face aux duels FN-PS : «J'accepte d'être minoritaire» à l'UMP

le
3
Fillon face aux duels FN-PS : «J'accepte d'être minoritaire» à l'UMP
Fillon face aux duels FN-PS : «J'accepte d'être minoritaire» à l'UMP

Alors que l'UMP, premier parti d'opposition, réunit son comité politique ce mardi matin, la polémique perdure après les propos de François Fillon, qui a renvoyé la semaine dernière dos à dos PS et FN lors de duels électoraux aux prochaines municipales. Sa petite phrase - «Aux municipales, je conseille de voter pour le moins sectaire» - a relancé le débat au sein de l'UMP, Fillon rejetant à la fois le Front républicain et le «ni-ni» prôné par Jean-François Copé. L'ancien Premier ministre de Nisolas Sarkozy a précisé ses propos, affirmant qu'«aucune alliance n'est possible avec le Front national, mais je le dis, tous les dialogues sont nécessaires avec ses électeurs».

Ce mardi, il persiste et signe, quitte à le payer cher dans son propre parti et auprès de ses sympathisants. «Je prends un risque, je le prends en connaissance de cause. J'accepte d'être minoritaire dans mon parti si c'est le cas», déclare François Fillon au quotidien L'Opinion . «Je veux qu'on arrête de caricaturer, stigmatiser, exclure des électeurs qui sont des Français. Je ne condamnerai jamais un Français qui vote pour un autre Français. On ne peut plus s'en tenir aux formules toutes faites», assure le député de Paris, alors que le président de l'UMP réaffirmait la doctrine de son parti en faveur du ni-ni (ni FN ni PS).

Raffarin demande une clarification. Ces nouveaux propos répondront-ils à la demande de clarification adressée ce mardi par Jean-Pierre Raffarin ? L'ancien Premier ministre de Jacques Chirac attend que Fillon clarifie sa ligne politique au comité politique de l'UMP, où il ne peut selon lui y «avoir de vote FN». Le sénateur avait déjà lancé samedi une «alerte rouge» sur l'unité de leur mouvement commun. Jusqu'à présent, a souligné Jean-Pierre Raffarin, il y avait à l'UMP les tenants - minoritaires - du Front républicain (vote à gauche si deuxième tour face au FN) et ceux qui étaient pour le ni-ni. «Là, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1937031 le mardi 17 sept 2013 à 20:44

    Hollande non content de ruiner, salir et voler le pays, est un comm-uniste prêt à tous les compromis pour conserver le pouvoir. Le PS devrait l'exclure immédiatement.

  • KAFKA016 le mardi 17 sept 2013 à 12:01

    Fillon est une taupe socialiste! avec sa stratégie il assure la victoire des socialistes aux prochaines elections !!!

  • frk987 le mardi 17 sept 2013 à 10:39

    Le Système Raffarin - Chirac = socialos de droite = machine à perdre aux élections. C'est urgent de virer les socialos quelques soient la méthode et les alliances.