Fillon et l'obsession Sarkozy

le
2
Fillon et l'obsession Sarkozy
Fillon et l'obsession Sarkozy

« On ne va pas non plus regarder Nicolas Sarkozy s'emparer de l'UMP sans rien faire, les bras ballants », soupire un collaborateur de François Fillon. Façon de traduire l'état d'esprit qui règne en ce moment dans les locaux de Force républicaine, son association politique.

Pis, alors que l'ancien Premier ministre a prévu de rassembler ses soutiens le 27 août dans la Sarthe, son entourage craint déjà une opération de court-circuitage : « A coup sûr, Sarkozy va annoncer la veille qu'il est candidat à la présidence du parti, histoire de bien torpiller la rentrée médiatique de François », redoute par exemple le député filloniste Jérôme Chartier.

Car cette candidature, François Fillon n'en veut pas. « Si Sarko prend le parti, il change la maison de fond en comble et fait modifier au passage les statuts. En clair, plus de primaire en 2016. Et nous ? Eh bien, on est foutu », résume, dépité, un autre parlementaire. C'est donc pour parer à cette éventualité que le député de Paris, qui rêve lui aussi d'un destin élyséen, est revenu à la charge ce week-end, dans les colonnes du « Monde », en attaquant l'ancien chef de l'Etat sur son point faible : les affaires.

Il prépare un livre pour la fin de l'année

« L'UMP a besoin d'une candidature d'apaisement, qui ramène de la sérénité et permette d'organiser la primaire dans un climat de confiance », assène-t-il, dessinant ainsi son antiportrait de Sarkozy. Il estime que les dossiers qui planent actuellement au-dessus de sa tête, notamment sa mise en examen pour trafic d'influence et l'affaire Bygmalion, n'aident pas « à l'établissement d'un climat serein au sein de l'UMP et d'un lien de confiance avec les Français ».

« Le parti se nourrit en ce moment d'un tel climat de haine qu'il faut, dans l'immédiat, un patron de l'UMP détaché de toute ambition présidentielle et qui suscite une adhésion maximum », décrypte l'entourage de Fillon. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3121282 le lundi 21 juil 2014 à 14:58

    Sarkozy mai 2007 "Nous allons écrire une nouvelle page de l'histoire de notre pays", a-t-il lancé sous les applaudissements. "Je ne vous trahirai pas, je ne vous mentirai, pas je ne vous décevrai pas", a-t-il ajouté. "Je vous ai promis le plein emploi, je vais me battre pour le plein emploi." Il s'est également engagé à se battre "pour le pouvoir d'achat". "La France m'a tout donné, il est venu le temps pour moi de tout lui rendre".

  • M7097610 le lundi 21 juil 2014 à 14:13

    il a bien raison sur le fond. L'UDI serait bien plus présentable pour lui.