Fillon et Copé se menacent de poursuites

le
0
Dimanche dernier, il n'était question que d'«irrégularités» donc de justice civile. Désormais, c'est à la justice pénale que Copé pense.

Lundi matin, François Fillon et Jean-François Copé doivent se revoir pour leur cinquième tête-à-tête depuis que Copé a été proclamé président de l'UMP, le 19 novembre. Les négociations n'ont pas avancé d'un pouce, mais aucun des protagonistes du psychodrame ne veut prendre l'initiative de les rompre. Du moins pas avant le second tour des législatives partielles organisées dimanche dans les Hauts-de-Seine, le Val-de-Marne et l'Hérault. Malheur à celui par qui la division arrive en pleine période électorale!

Ce qui ne veut pas dire que rien ne se passera d'ici au 16 décembre. Politiquement, l'impasse est totale, mais judiciairement tout est encore possible. Fillon a été le premier à agiter la menace d'un recours aux tribunaux pour faire annuler la proclamation de l'élection de son rival. Son avocat, Me François Sureau, a ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant