Fillon erreinte Hollande et Ayrault

le
2
Pour l'ancien premier ministre, le pouvoir est victime de son «sectarisme».

Priorité au combat droite-gauche. Face à Jean-François Copé, jeudi, sur France 2, François Fillon avait assuré que son ambition de conduire le «redressement» de la France en 2017 ne l'empêcherait pas, d'ici là, d'assumer sa mission de «premier opposant» à l'exécutif. Il a montré un aperçu de ses talents d'attaquant dimanche, en dénonçant le «sectarisme» du président et du premier ministre au «Grand rendez-vous Europe-1/i-Télé/Le Parisien».

«Les trois premiers mois de François Hollande ont été gâchés par ce sectarisme, a-t-il affirmé. Quel est le pays au monde où le président de la République aurait pu prononcer une phrase aussi bête que "j'aime pas les riches"?». L'ex-premier ministre a aussi cité «la désignation des chefs d'entreprise qui sont les boucs émissaires de la crise» comme preuve que le chef de l'État a«des réflexes de premier secrétaire du Parti socialiste...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 29 oct 2012 à 08:04

    Le qualificatif supposé prononcé par Karl Lagerfeld est le plus approprié et valable pour tout le gouvernement.

  • janaliz le lundi 29 oct 2012 à 05:58

    Fillon a raison. Bête est le qualificatif le plus approprié. Bête et méchant. Pour preuve l'édito de ce canard boiteux (libé) : "casse-toi pauvre c..." . Sur le site on est censuré pour de tels propos...