Fillon déclare la guerre à Sarkozy : colère et inquiétude à l'UMP

le
1
Fillon déclare la guerre à Sarkozy : colère et inquiétude à l'UMP
Fillon déclare la guerre à Sarkozy : colère et inquiétude à l'UMP

Comme il fallait s'y attendre, les propos tenus par François Fillon sur Nicolas Sarkozy, dans «Valeurs Actuelles», font de nouvelles vagues à droite. Ces déclarations ont fait sortir Henri Guaino de ses gonds. Toujours prompt à défendre la personne ou le bilan de l'ancien chef de l'Etat, Henri Guaino, ce fidèle parmi les fidèle a dénoncé, ce mercredi devant l'Association des journalistes parlementaires (AJP), une façon «nuisible pour le débat public» de faire de la politique. Alain Juppé a lui pris la plume. Sur son blog, le co-fondateur de l'UMP dénonce des «rivalités de personnes» qui menacent la «survie» du parti. D'autres, comme Alain Wauguiez, appellent à arrêter cette «guerre des chefs».

Dans un entretien à l'hebdomadaire «Valeurs actuelles», François Fillon tire à boulets rouges contre Nicolas Sarkozy, se plaçant -comme dimanche dernier dans le «JDD»- «de facto en compétition» avec lui tout en se disant «mieux placé pour l'emporter en 2017». Dans l'hebdomadaire, le député UMP de Paris en appelle également à un inventaire, sans quoi il s'agirait, après la défaite à la présidentielle de 2012, d'«un bras d'honneur aux Français».

«Rancoeur» et «violence»

Il n'en fallait pas plus non plus pour qu'Henri Guaino y voit «une forme d'indécence». «Quand on a été nommé Premier ministre, qu'on est resté cinq ans à ce poste, comment peut-on déverser une telle rancoeur, une telle violence contre celui qui l'a nommé?» a tempêté le député UMP des Yvelines, qui fut lui-même le conseiller spécial de l'ancien président.

Et d'attaquer frontalement François Fillon, qui ne cache plus ses ambitions : «Comment peut-on parler aussi peu des problèmes des Français et laisser libre cours à son appétit de pouvoir ?»

La «survie» de l'UMP «en jeu»

Alain Juppé, figure fondatrice du parti, lui s'inquiète. Sur son blog, le maire de Bordeaux se demande : «sommes-nous devenus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1531771 le mercredi 9 oct 2013 à 18:21

    Merci et vive Marine et surtout...bye bye Présidents et autres députés actuels et passés !