Fillon "dans l'esprit" d'une nouvelle candidature à l'UMP

le
0
FRANÇOIS FILLON SE DIT "DANS L'ESPRIT" D'UNE NOUVELLE CANDIDATURE À L'UMP
FRANÇOIS FILLON SE DIT "DANS L'ESPRIT" D'UNE NOUVELLE CANDIDATURE À L'UMP

PARIS (Reuters) - François Fillon a déclaré dimanche qu'il était "dans l'esprit" d'être à nouveau candidat à la présidence de l'UMP à la rentrée prochaine, même s'il prendra sa décision au mois de juin.

"Je prendrai ma décision en fonction du climat politique qui sera celui du mois de juin prochain", a indiqué l'ancien Premier ministre. "Aujourd'hui, je suis dans l'esprit d'être candidat à la présidence de l'UMP", a-t-il ajouté lors du Grand Rendez-Vous Europe 1/i>Télé/Le Parisien.

François Fillon a voulu ainsi répondre à ceux qui doutent aujourd'hui de sa volonté de se lancer dans une nouvelle candidature, après les violentes controverses qui ont entouré le scrutin qui l'a opposé à Jean-François Copé à l'automne dernier.

Ce dernier a indiqué ces jours derniers que l'accord conclu en décembre pour mettre fin à la crise n'engageait que lui-même et l'ancien Premier ministre et que la nouvelle élection qu'il prévoit pour le mois de septembre ne s'imposerait pas si François Fillon se désiste.

"Il y a un accord pour qu'un nouveau vote soit organisé dans des conditions irréprochables, ce vote doit avoir lieu, cet accord doit être respecté", a dit François Fillon.

Sur Canal+, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a estimé de son côté qu'il faudrait interroger les militants de l'UMP pour savoir si une élection doit avoir lieu ou non en septembre.

"J'ai le sentiment que l'ensemble des fédérations préférera préparer les élections municipales dans l'unité plutôt que de créer de la division et de la compétition", a-t-il déclaré.

François Fillon a par ailleurs estimé que les règles de la future primaire pour désigner le candidat de la droite et du centre à la présidentielle 2017, dont il défend la nécessité, devraient être les mêmes pour tous, y compris Nicolas Sarkozy s'il décide de revenir.

"Si on fait des primaires, c'est les mêmes règles pour tous (...) c'est valable pour tout le monde", a-t-il indiqué.

Pour François Fillon, "si Nicolas Sarkozy, compte tenu du talent qui est le sien, compte tenu de la personnalité qui est la sienne, voulait revenir dans la vie politique, nul doute qu'il aurait un accueil fort de la part des sympathisants de la droite et du centre."

Prié de dire si des primaires s'imposeraient si la candidature de l'ancien chef de l'Etat était portée par une vague de popularité, son ancien premier ministre a répondu : "A ce moment-là, il n'y a aucune difficulté à aller aux primaires."

Yann Le Guernigou, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant