Fillon craint un «accident financier grave» pour la France

le
2
Fillon craint un «accident financier grave» pour la France
Fillon craint un «accident financier grave» pour la France

«Moi je fais le pari de la vérité.» François Fillon ne mâche en tout cas pas ses mots, alors que la dette publique de la France dépasse ce mardi pour la première fois la barre symbolique des 2 000 Mds¤. Dans un entretien aux «Echos» à paraître ce mercredi, l'ancien Premier ministre s'alarme : «Je crains que la France ne soit à la veille d'un accident financier grave qui pourrait faire éclater la zone euro.»

«Pour l'heure, notre pays ne tient que parce que les taux d'emprunts sont bas», analyse-t-il. «Il faut une véritable refondation économique et sociale. Pas une trépanation mais une guérison», poursuit-il. Façon de répondre à la pique de son rival pour l'investiture UMP à la présidentielle 2017, Nicolas Sarkozy. «Pourquoi cette expression brutale, thérapie de choc ? Comme s'il fallait trépaner les gens», avait lancé l'ex-président de la République lors de son intervention sur France 2.

Fillon pour «des réformes puissantes»

«Depuis trente ans, y compris moi, nous prônons la réforme progressive... Mais c'est l'honneur d'un responsable politique de reconnaître qu'il s'est trompé et que les remèdes d'hier ne sont plus à la hauteur de la situation», ajoute François Fillon auprès des «Echos». Il l'assure, «les Français sont prêts à des réformes puissantes». «Après l'échec de la gauche, la droite devra redresser le pays avec un courage sans précédent, sinon c'est la porte ouverte aux extrêmes.»

L'ancien Premier ministre renouvelle ses propositions comme la réduction des effectifs de la fonction publique, à hauteur de 600 000 postes en 5 ans, ou encore passer aux 39 heures. Il souhaite aussi augmenter de 3,5 points la TVA pour financer une baisse des charges des entreprises.

Interrogé sur les économies engagées par le gouvernement et touchant la famille, François Fillon s'est dit en désaccord. «Car il s'y prend toujours avec la même méthode en refusant de faire des réformes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4426670 le mercredi 1 oct 2014 à 09:03

    Non M. Fillon: "les extrèmes" ne sont pas le plus grand ganger pour la France! C'est la ruine des français, la perte d'identité!!!

  • M7097610 le mercredi 1 oct 2014 à 08:57

    Fillon joue avec des budgets comme tout enarque...detaché de la vraie vie. Le constat est le bon, le remède est décevant car il aurait du dire que la baisse des alloc familiales ne va pas assez loin... il faut en finir avec ces primes braguettes !