Filippetti veut une «répartition moins monarchique du pouvoir»

le
2
Filippetti veut une «répartition moins monarchique du pouvoir»
Filippetti veut une «répartition moins monarchique du pouvoir»

Aurélie Filippetti veut rester dans le jeu politique. Plus d'un mois après son départ du gouvernement, l'ex-ministre de la Culture revient ce samedi pour faire entendre son idée de VIe République. Lors du remaniement fin août, elle avait déjà expliqué la nécessité de sortir d'une Ve République «datée» mais précisé qu'elle «soutiendrait le prochain gouvernement» de Manuel Valls. Cette fois, l'ex-ministre est moins tendre avec l'actuel exécutif.

«Il faut une répartition moins monarchique du pouvoir. Le système de la dyarchie à la tête de l'Etat, qui confine à l'absurdité kafkaïenne, est à bout de souffle», estime-t-elle auprès du site Mediapart. Et d'insister : «Il faut un pouvoir plus horizontal, et des contre-pouvoirs plus structurés.» Selon la députée de Moselle, François Hollande est «victime de l'ultra-personnalisation du pouvoir dans la Ve République» même si «cela ne correspond pas à son habitus personnel», précise-t-elle.

La «pression» de la «doxa idéologique libérale»

 «Quelqu'un à qui on donne les pouvoirs du président de la République a tendance à vouloir les exercer et à s'y enfermer», juge encore Aurélie Filippetti qui assure ne pas regretter d'avoir quitté le gouvernement. En effet, «on ne peut pas penser que l'on va dans le mur et ne pas chercher à agir pour l'empêcher», argumente-t-elle, regrettant que la «doxa idéologique libérale exerce une pression extrêmement forte sur tous les gouvernants».

«On fait 12 milliards pour les entreprises et 3 milliards pour les ménages : le rééquilibrage est insuffisant», critique clairement Aurélie Filippetti, qui siègera à l'Assemblée au sein de la commission des finances. Selon elle, le discours du Bourget de François Hollande - dans lequel il expliquait que son «véritable ennemi» était «la finance» - «semble avoir été oublié».

Sur sa relation avec Montebourg...

Sur un plan plus personnel, Aurélie ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le samedi 4 oct 2014 à 22:35

    La retraite vous va si bien chère madame. Ne nous gâchez pas le plaisir. Gardez le silence pour notre plus grand plaisir. Pour cette fois on ne vous en tiendra pas rigueur...

  • fbordach le samedi 4 oct 2014 à 18:39

    Silence, on coule!