Fifa : un ex-cadre avoue avoir touché des pots-de-vin pour le Mondial 98

le , mis à jour à 00:42
0
Fifa : un ex-cadre avoue avoir touché des pots-de-vin pour le Mondial 98
Fifa : un ex-cadre avoue avoir touché des pots-de-vin pour le Mondial 98

La démission de Sepp Blatter n'a pas mis fin aux répliques du séisme agitant la Fifa depuis une semaine. La dernière en date est causée par la publication par le département de la Justice américain du procès-verbal de Chuck Blazer, l'informateur-clé dans l'enquête lancée par le FBI pour des faits de corruption. Dans ce témoignage effectué le 25 novembre 2013 à New York, l'ancien président de la Concacaf (Confédération d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des caraïbes) reconnait avoir reçu des pots-de-vin pour les Mondiaux 1998 et 2010.

«Vers 1992, moi et d'autres personnes avons accepté de faciliter le versement d'un pot-de-vin dans le cadre de la sélection du pays-hôte pour la Coupe du Monde 1998» attribuée à la France, déclare Blazer, 70 ans, qui a plaidé coupable de racket et de blanchiment d'argent en novembre 2013. Dans un autre document, Chuck Blazer a précisé qu'il avait été invité au Maroc par le comité de candidature marocain avec celui qui est désigné par la justice américaine sous le nom de «complice n°1».

«Blazer était présent lorsqu'un représentant du comité de candidature marocain a offert un pot-de-vin au complice n°1 en échange de sa voix pour le Maroc dans le scrutin pour le pays-hôte de la Coupe du monde 1998 et le conspirateur n°1 a accepté le pot-de-vin», précise le document. L'organisation de la Coupe du monde 1998 avait finalement été confiée par la Fifa en juillet 1992 à la France, qui était la seule concurrente du Maroc. La France avait remporté le scrutin par douze voix contre sept.

Les Gold Cups aussi touchées par la corruption

L'ex-cadre de la Fifa explique également avoir touché d'autres pots-de-vin, cette fois pour l'attribution du Mondial disputé en 2010 en Afrique du Sud. Là encore, Chuck Blazer affirme ne pas être le seul à avoir profité de ces largesses financières puisqu'il fait référence, sans les nommer, à «d'autres membres du comité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant