Fifa: Platini a-t-il menacé Blatter de prison ?

le , mis à jour à 15:43
0
Fifa: Platini a-t-il menacé Blatter de prison ?
Fifa: Platini a-t-il menacé Blatter de prison ?

On pensait les choses à peu près apaisées entre le président démissionnaire de la Fifa, Joseph Blatter, et celui qui aimerait lui succéder, Michel Platini. Une poignée de mains, lors du tirage au sort des préliminaires de la Coupe du Monde 2018 en Russie, avait même donné l'impression que, publiquement au moins, la hache de guerre était enterrée entre les deux dirigeants. Mais ce samedi, le Suisse a affirmé dans le quotidien néerlandais «de Volkskrant» que le Français l'avait menacé de prison pour le dissuader d'être candidat à sa réélection à la tête de l'institution dans la tourmente d'une affaire de corruption.

«Dis lui de retirer sa candidature ou il ira en prison»

Cette menace voilée aurait été faite par le président de l'UEFA au frère de Sepp Blatter, à Zurich, quelques heures avant le vote qui allait conduire à la réélection du controversé président de la Fédération internationale de football. Sepp Blatter avait ensuite attendu quatre jours à peine pour annoncer qu'il démissionnait et remettait son mandat en jeu, réagissant à retardement au coup de filet lancé par la justice américaine contre une dizaine de dirigeants accusés de corruption.

«Durant le déjeuner, Platini s'est assis à la table de mon frère (Peter) et lui a dit : "Dis à Sepp de retirer sa candidature ou il ira en prison"», a ainsi raconté le président démissionnaire au journal, précisant n'avoir été mis au courant que récemment de cette conversation. Une mise en garde que, visiblement, la figure de la Fifa a pris pour une menace plutôt qu'un simple conseil.

Après la publication de l'interview, un proche de Michel Platini a qualifié ces nouvelles déclarations d'«histoire montée de toutes pièces». Il s'agit de «la dernière d'une série de tentatives de Zurich pour distraire le monde des vrais problèmes auxquels la Fifa est confrontée», a estimé cette source sous couvert d'anonymat.

Et d'ajouter : «Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant