Fifa-Michel Platini demande la démission de Sepp Blatter

le , mis à jour à 17:16
0

* "Trop, c'est trop", dit le président de l'UEFA * Il menace la Fifa d'une sortie de l'UEFA * Les associations européennes voteront pour le prince Ali (Actualisé avec déclarations, contexte) ZURICH, 28 mai (Reuters) - Michel Platini, le président de l'UEFA, a officiellement demandé jeudi à Sepp Blatter de démissionner de ses fonctions de président de la Fifa, éclaboussée par un scandale de corruption à la veille de son 65e congrès vendredi à Zurich. Michel Platini, qui avait plaidé mercredi en faveur d'un report de ce congrès au cours duquel Sepp Blatter entend briguer un cinquième mandat face au prince jordanien Ali, a durci le ton jeudi devant la presse à Zurich alors que plusieurs voix réclamaient un changement à la tête de la Fifa. Se déclarant "écoeuré", l'ancien capitaine de l'équipe de France a raconté avoir rencontré le patron du football mondial, en tête-à-tête dans son bureau, et l'avoir exhorté à la démission. Sepp Blatter a refusé la proposition, affirmant qu'il était "trop tard" pour quitter ses fonctions. "Il a dit : 'malheureusement c'est trop tard', il a dit qu'il comprenait mais que c'était trop tard parce que le congrès allait se tenir", a rapporté Michel Platini. "Moi qui aime la Fifa, je suis dépité, je suis écoeuré et j'en ai marre, enough is enough, trop c'est trop." Michel Platini a alors décidé d'utiliser toute son influence et celle de l'UEFA pour tenter de barrer la route à Sepp Blatter et faire élire le prince Ali lors du congrès de vendredi. "J'ai demandé aux associations nationales européennes qu'on soit tous unis pour le prince Ali, parce que c'est la façon, éventuellement, de battre le président Blatter", a-t-il dit. "Je peux vous dire que demain, à l'élection du président, une très très très grande majorité des associations nationales européennes va voter pour le prince Ali", a-t-il ajouté en demandant aux associations du reste du monde de faire de même. L'UEFA POURRAIT-ELLE SORTIR DE LA FIFA ? Le patron du football européen a affirmé, sans toutefois trop y croire, qu'il pensait que Blatter pouvait être battu, une hypothèse improbable avant qu'éclate le scandale avec l'arrestation de sept membres influents de la Fifa dans le cadre d'une procédure pour corruption à la tête du football mondial lancée par la justice américaine. Si une défaite de Sepp Blatter est possible, elle est en effet loin d'être certaine en raison des relations que l'ancien avocat suisse, âgé de 79 ans, a nouées dans les différentes fédérations nationales au fil de ses mandats. Il a notamment reçu le soutien de Vladimir Poutine, dont le pays doit organiser la Coupe du monde en 2018, qui a accusé la justice américaine d'ingérence dans des affaires qui, selon lui, ne la concernent pas. Dans l'hypothèse où Sepp Blatter se verrait confier un cinquième mandat, Michel Platini a laissé planer une nouvelle menace, évoquant une possible sortie de l'UEFA, la plus puissante de monde, de la Fédération internationale. "Si Sepp reste président, il faudra que l'UEFA prenne ses responsabilités au moment opportun et cela pourra se passer à Berlin (lors de la finale de la Ligue des champions le 6 juin) pour discuter éventuellement du futur de nos relations avec la Fifa", a-t-il dit. A la question, "Pourriez-vous sortir de la Fifa ?", Michel Platini a répondu: "Of course (bien sûr)". Michel Platini a d'autre part estimé que le prince Ali, qui a fait campagne sur la lutte contre la corruption, avait "toute la légitimité pour être président". "Il a annoncé devant le congrès de l'UEFA qu'il allait se présenter pour quatre ans et qu'après il allait partir", a dit le président de l'UEFA en soulignant que le candidat jordanien était riche et n'avait donc "pas besoin d'argent". (Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant