Fifa-Londres continue son pressing sur les Mondiaux 2018 et 2022

le , mis à jour à 13:37
0

LONDRES, 4 juin (Reuters) - Le ministre britannique des Sports, John Whittingdale, a affirmé jeudi qu'il y aurait de solides raisons d'annuler l'attribution des deux prochaines Coupes du monde de football à la Russie et au Qatar et d'organiser une nouvelle procédure s'il est prouvé que la décision prise fin 2010 a été entachée de faits de corruption. "Nous attendons de voir l'issue des enquêtes. S'il est prouvé que le processus de sélection a été corrompu, je pense alors que le dossier en faveur d'une nouvelle procédure sera très solide", a-t-il dit devant le Parlement. Le comité exécutif de la Fifa a désigné en décembre 2010 la Russie comme pays hôte de la Coupe du monde de 2018 et le Qatar pour organiser la suivante, en 2022. Mais le scandale qui balaie depuis huit jours l'instance supérieure du football mondial et a entraîné la démission annoncée de son président, Sepp Blatter, a ravivé les interrogations sur l'attribution de ces deux compétitions. En plus de faits de corruption présumée portant sur le versement de plus de 150 millions de dollars de dessous-de-table étalé sur un quart de siècle, la justice américaine enquête également sur les circonstances dans lesquelles les Coupes du monde 2018 et 2022 ont été attribuées. La justice suisse mène elle aussi une enquête pénale sur les conditions d'attribution de cette manifestation sportive parmi les plus médiatisées au monde. L'idée d'une nouvelle procédure d'attribution de la Coupe du monde 2022 avait été émise par le président de la Fédération anglaise de football, Greg Dyke, dès mardi, au soir de l'annonce, par Sepp Blatter, de sa démission. Devant les députés britanniques, John Whittingdale a précisé jeudi que si le Qatar était privé de l'organisation du Mondial 2022, il était improbable qu'il se tienne en Europe mais a toutefois observé que l'Angleterre, qui était candidate à l'organisation de la Coupe du monde 2018, disposait des infrastructures nécessaires pour accueillir la compétition. Dans une interview accordée mercredi à l'agence Reuters à Paris, le ministre qatari des Affaires étrangères, Khaled al Attiyah, a dénoncé une "campagne de dénigrement" empreinte de "préjugés et de racisme". Le Qatar a remporté l'organisation de la Coupe du monde 2022 parce qu'il avait le meilleur dossier, a-t-il dit. "Il est hors de question que le Qatar en soit privé. Nous avons confiance dans les procédures et nous méritions de gagner parce que nous avons présenté le meilleur dossier." (voir ID:nL5N0YP4WS ) Côté russe, le ministre des Sports, Vitali Moutko, cité par l'agence de presse RIA, a estimé jeudi qu'"il n'y a(vait) aucun risque que la Russie perde l'organisation de la prochaine Coupe du monde". Le Kremlin avait souligné la veille que les préparatifs se poursuivaient normalement. (Kylie MacLellan avec Katya Golubkova à Moscou et John Irish à Paris; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant