Fifa : le Tribunal arbitral du sport décidera du sort de Platini d'ici au 9 mai

le , mis à jour à 17:57
0
Fifa : le Tribunal arbitral du sport décidera du sort de Platini d'ici au 9 mai
Fifa : le Tribunal arbitral du sport décidera du sort de Platini d'ici au 9 mai

Avant d'être entendu, Michel Platini parlait d'«un nouveau match, une finale». L'ancien président de l'UEFA a passé plus de 8 heures vendredi devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) de Lausanne, en Suisse, la plus haute juridiction sportive, devant lequel il a contesté sa suspension pour six ans de toute activité en lien avec le football. 

A sa sortie, peu avant 16h30, Michel Platini a réaffirmé son innocence et s'est dit «sûr de gagner, mais je ne suis pas l'arbitre». Interrogé sur le fait de savoir s'il avait convaincu ses juges, il a lâché «Je ne sais pas, je ne sais pas du tout», tout en ajoutant qu'il était «encore plus optimiste après cette audition». La décision du TAS tombera «dans une dizaine de jours», a-t-il précisé. En fait, les arbitres rendront leur décision le 9 mai au plus tard, a annoncé le secrétaire général du TAS Mathieu Reeb.

Platini espère pouvoir ouvrir l'Euro

Si le TAS casse la suspension, l'ancien numéro 10 retrouvera son fauteuil de président de l'UEFA pour l'Euro organisé en France du 10 juin au 10 juillet. En revanche, si la suspension de l'ancien meneur de jeu de la Juventus Turin devait être maintenue, cette date butoir donnera donc un mois à l'UEFA pour organiser l'élection d'un nouveau président avant le début de la compétition.

Le 21 décembre, le Français avait été suspendu pour huit ans par la justice interne de la Fifa, et privé donc de toute activité liée au football, peine réduite à six ans en appel en février. Mis en cause à la suite de la révélation d'un paiement de 1,8 million d'euros reçu en 2011 de la Fifa, pour rémunérer un travail de conseiller de Joseph Blatter, alors président, Platini a été jugé coupable «d'abus de position», de «conflit d'intérêts» et de «gestion déloyale» par la Fifa.

Les deux hommes ont toujours affirmé qu'il s'agissait d'un solde de tout compte sur la base d'un contrat oral, engagement reconnu en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant