FIFA: le comité d'éthique introduit des mesures de transparence

le
0
LE COMITÉ D'ÉTHIQUE DE LA FIFA INTRODUIT DES MESURES DE TRANSPARENCE
LE COMITÉ D'ÉTHIQUE DE LA FIFA INTRODUIT DES MESURES DE TRANSPARENCE

ZURICH (Reuters) - Le comité d'éthique de la FIFA pourrait dévoiler mercredi l'identité de personnalités et responsables qui font l'objet de poursuites judiciaires, une mesure qui vise à introduire plus de transparence dans le fonctionnement de l'institution prise dans la tourmente de plusieurs affaires de corruption.

Jusqu'à présent, le comité exécutif de la FIFA ne pouvait fournir d'informations que dans le cas où un dirigeant avait été suspendu ou sanctionné.

Désormais, les noms des responsables visés par une enquête pourront être dévoilés et des sources proches du comité d'éthique ont indiqué à Reuters que de "nombreux" autres affaires étaient actuellement en cours.

"A l'avenir, il sera possible de confirmer sur demande l'ouverture de procédures contre de hauts dirigeants du football mondial", a anoncé le comité d'éthique dans un communiqué.

Par ailleurs, un tribunal du canton de Zurich a rejeté la demande dont l'avait saisi l'ancien vice-président de la FIFA, le Sud-Coréen Chung Mong-joon, en vue d'une levée temporaire de la suspension de six ans qui lui a été infligée par les instances du football mondial.

Chung Mong-joon a été suspendu le 8 octobre par la commission d'éthique de la fédération internationale dans la cadre d'une enquête sur le processus d'attribution de la Coupe du monde 2022 au cours duquel il aurait tenté de favoriser la candidature de son pays.

Le dirigeant sud-coréen souhaite une levée temporaire de sa suspension afin de pouvoir briguer la présidence de la FIFA. Le comité exécutif de l'instance dirigeante a confirmé mardi que l'élection du successeur de Sepp Blatter, démissionnaire et visé dans une vaste affaire de corruption, aura lieu comme annoncé le 26 février.

Le tribunal cantonal de Zurich a estimé que la procédure de suspension suivie par le comité d'éthique de la FIFA n'était entachée d'aucun vice de forme.

Chung estime que cette sanction constitue une "tentative éhontée" de le punir pour les critiques publiques qu'il adressées à la fédération internationale.

(John Miller; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant