Fifa : la Suisse s'en prend à la poule aux oeufs d'or

le
0
L'embarras du porte-parole de la Fifa Walter De Gregorio était visible ce mercredi matin lors de la conférence de presse qui a suivi l'arrestation des sept responsables de la fédération.
L'embarras du porte-parole de la Fifa Walter De Gregorio était visible ce mercredi matin lors de la conférence de presse qui a suivi l'arrestation des sept responsables de la fédération.

Simonetta Sommaruga a osé ! La présidente socialiste de la Confédération depuis le 1er janvier, et qui est aussi ministre de la Justice et de la Police, a autorisé l?arrestation de sept responsables de la Fédération internationale de football association (Fifa) ce mercredi matin à Zurich. Et cela, deux jours à peine avant la réélection attendue du Suisse Sepp Blatter, 79 ans, pour un cinquième mandat. Le ministère public de la Confédération annonce qu?il a ouvert une "procédure pénale contre inconnu pour soupçon de gestion déloyale et de blanchiment d?argent".

La gestion déloyale correspond en France à l?abus de biens sociaux. Ces soupçons entourent les attributions des Coupes du monde de football 2018 et 2022. Le Ministère public révèle que cette procédure pénale suisse a été ouverte depuis le 10 mars 2015. Elle n?avait pas été révélée jusqu?à présent. En fait, ce qui est apparu très tôt ce mercredi matin comme une initiative des autorités américaines, à la demande du parquet du district Est de New York, est bien une opération conjointe de la Suisse et des États-Unis.

Soupçons de blanchiment d?argent en Suisse

En effet, comment la Suisse aurait-elle pu accepter aussi simplement d?arrêter au Baur au Lac, un hôtel luxueux de Zurich, sept responsables de la Fifa "en vue de leur extradition" vers les États-Unis, comme l?annonçait la presse américaine ? On...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant