Fifa : la corruption possible grâce à la «complicité» des banques

le
0
Fifa : la corruption possible grâce à la «complicité» des banques
Fifa : la corruption possible grâce à la «complicité» des banques

Le scandale de corruption qui éclabousse la Fifa n'aurait jamais été possible sans de grandes banques internationales, et notamment américaines, a estimé jeudi la coalition d'organisations Jubilee USA, qui cite JPMorgan Chase et Citigroup.

«Le degré de corruption n'a été possible qu'avec la complicité du système bancaire international», a déclaré Eric LeCompte, directeur de ce groupement d'organisations de lutte contre la pauvreté et l'opacité financière.

La justice américaine a inculpé 14 responsables de la Fifa et du marketing sportif dans un dossier comptabilisant 150 millions de dollars de malversations. Un ex-responsable de l'organisation, Chuck Blazer, a par ailleurs directement reconnu le versement de pots-de-vin en marge de l'attribution des Mondiaux 1998 et 2010.

Selon l'ONG, 26 banques sont mentionnées dans l'acte d'accusation, dont JPMorgan Chase et Citigroup, et certaines d'entre elles ont permis à ces fonds de «circuler» dans le système financier américain. «Il n'y a qu'un seul cas où une banque a rejeté une opération qu'elle jugeait suspecte», a souligné Jubilee USA dans son communiqué, affirmant que l'acte d'accusation souligne combien la corruption est «protégée» par des établissements financiers américains.

Des pots-de-vin ont atterri dans des sociétés-écrans anonymes

Aucune banque américaine n'a toutefois été mise en cause par la justice américaine dans le scandale mais, selon Jubilee, les enquêteurs examinent encore si l'une d'elles a enfreint la loi. Contactée par l'AFP, Citigroup a assuré qu'elle coopérait avec le ministère de la Justice (américain) dans le cadre de l'enquête». JPMorgan s'est, elle, refusée à tout commentaire.

Dans son communiqué, Jubilee USA a affirmé également qu'une partie des pots-de-vin avaient atterri dans des sociétés-écrans anonymes qui mettent leur véritable propriétaire à l'abri des autorités, et dont certains Etats américains se ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant