Fifa-La commission d'éthique va statuer sur Blatter et Platini

le
0

ZURICH, 7 octobre (Reuters) - La commission d'éthique de la Fifa est réunie depuis lundi à Zurich et elle devrait être en mesure de statuer rapidement sur les cas de son président Sepp Blatter et du président de l'UEFA Michel Platini visés dans le cadre d'une enquête pour corruption, indique le journal suisse Tages-Anzeiger, mercredi. La chambre d'adjudication de la commission d'éthique pourrait suspendre à titre provisoire les dirigeants pour une durée allant jusqu'à 90 jours comme elle l'avait fait pour sept responsables interpellés par la police suisse agissant sur mandats de la justice américaine en mai dernier. "Tout laisse penser que les décisions sur l'avenir des géants du football Blatter et Platini sont imminentes", écrit le journal zurichois sans citer de source à l'appui de ses informations. La justice suisse a ouvert une procédure pénale contre Sepp Blatter dans le cadre de l'enquête sur le versement à Michel Platini d'une somme de deux millions de francs suisses (1,8 million d'euros) en 2011 et sur un contrat de droits de retransmissions télévisées signé par le patron du football mondial. Pour l'instant, le statut juridique de Michel Platini, qui est candidat déclaré à la succession de Sepp Blatter démissionnaire, est entre celui de témoin et celui d'accusé, a expliqué le ministre suisse de la Justice. Platini et Blatter démentent toute malversation. L'ancien ministre sénégalais des Sports, Abdoulaye Diop, membre de la chambre d'adjudication, a indiqué à l'agence de presse sénégalaise APS que la commission réglera les cas de Blatter, Platini et du Sud-Coréen Chung Mong-joon, lui aussi tenté par la présidence de la Fifa, lors de la réunion qui doit s'achever vendredi. Chung Mong-joon a expliqué cette semaine devant la presse à Séoul que la commission d'éthique le menaçait d'une suspension de 15 années pour avoir enfreint six articles du code d'éthique de la Fifa. Le dirigeant sud-coréen a estimé que la commission cherchait à "saboter" sa campagne à la présidence de la Fifa et qu'elle lui faisait payer son soutien à la candidature de son pays pour le Mondial 2022. (Michael Shields et Simon Evans; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant