Fifa-Jeffrey Webb accusé de corruption aux îles Caïman

le , mis à jour à 06:55
0

4 juillet (Reuters) - Jeffrey Webb, suspendu de ses fonctions de vice-président de la Fifa et de président de la Concacaf dans l'affaire de corruption présumée au sein de la fédération internationale de football, a été inculpé dans une affaire de fraude à l'assurance-santé dans les îles Caïman dont il est originaire, rapporte la presse locale, vendredi. Les autorités des îles Caïman ont délivré un mandat d'arrêt contre Jeffrey Webb et souhaitent son extradition, précise la chaîne de télévision Caïman 27. Le dirigeant est actuellement détenu en Suisse après son interpellation le mois dernier dans une enquête conduite par le FBI à la demande de la justice américaine. Il est sous le coup d'une autre demande d'extradition vers les Etats-Unis présentée, elle, par le département américain de la Justice. Jeffrey Webb fait partie d'un groupe de sept dirigeants de la Fifa arrêtés par les autorités helvétiques dans leur hôtel de Zurich avant l'ouverture du 65e congrès de la fédération internationale fin mai. Ces dirigeants sont soupçonnés d'avoir touché des pots-de-vin dans le cadre d'attribution de Coupes du monde et d'autres tournois internationaux. "Le président de la commission anti-corruption confirme qu'en lien avec l'actuelle enquête sur le projet CarePay, de nouvelles inculpations ont été délivrées aujourd'hui visant Canover Watson, Jeffrey Webb et Miriam Rodriguez", précise un communiqué de la commission anti-corruption cité par la chaîne locale. "Un mandat d'arrêt visant M. Webb a été délivré aujourd'hui. Nous savons qu'il est actuellement détenu par les autorités en Suisse. Nous prévoyons d'engager une procédure pour son extradition afin qu'il réponde de ces chefs d'accusation", poursuit le texte. Jeffrey Webb est accusé de fraude et d'abus de confiance ainsi que de blanchiment d'activité criminelle. Agé de 50 ans, Jeffrey Webb a été élu président de la Concacaf, la fédération chapeautant les pays d'Amérique du Nord et d'Amérique centrale, en 2012. Il était présenté, avant le début du scandale, comme un successeur potentiel du président démissionnaire de la Fifa, Sepp Blatter. (Simon Evans; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant