Fifa-Blatter refuse de démissionner après l'appel des sponsors

le
0

(Actualisé avec nouveaux appels, précisions) NEW YORK/ZURICH, 2 octobre (Reuters) - Sepp Blatter ne démissionnera pas de façon anticipée de la présidence de la Fédération internationale de football après l'appel lancé en ce sens par plusieurs grands sponsors américains de la Fifa, a annoncé vendredi l'avocat américain du dirigeant suisse. Coca-Cola KO.N , McDonald's MCD.N , le brasseur Anheuser-Busch InBev ABI.BR (marque Budweiser) et Visa V.N ont demandé tour à tour vendredi le départ de Sepp Blatter. Mais pratiquement aussi rapidement, l'avocat de Blatter aux Etats-Unis, Richard Cullen, a déclaré que son client ne démissionnerait pas. Les autorités suisses et américaines ont annoncé en mai l'ouverture d'enquêtes à l'encontre de dirigeants de la Fifa soupçonnés de corruption, notamment dans le cadre de l'attribution des Coupes du monde de 2018 et 2022 en Russie et au Qatar. Sepp Blatter, qui se dit innocent, a annoncé sa démission de la présidence de la Fifa le 2 juin dernier, quatre jours seulement après avoir été réélu. Son successeur doit être désigné le 26 février prochain. Partir au moment où il faut réformer la Fifa ne serait pas au mieux des intérêts de la Fédération, a fait valoir Richard Cullen. Vendredi dernier, le ministère public suisse (MPC) a annoncé l'ouverture d'une procédure pénale à l'encontre de Sepp Blatter, qu'il soupçonne de "gestion déloyale et, subsidiairement, d'abus de confiance". "Chaque jour qui passe, l'image et la réputation de la Fifa se ternissent un peu plus", a déclaré Coca-Cola dans un communiqué. "La Fifa a besoin d'une réforme globale et urgente et cela ne peut être accompli que via une approche véritablement indépendante." McDonald's a publié son propre communiqué dans la foulée. "Les événements des dernières semaines ont continué à abaisser la réputation de la Fifa et la confiance du public dans son leadership," déclare le numéro un mondial de la restauration rapide. "Le président de la Fifa Sepp Blatter doit démissionner immédiatement pour que le processus de réformes puisse se poursuivre avec la crédibilité nécessaire." (Mica Rosenberg et Simon Evans; Danielle Rouquié pour le service français)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant