FIFA : 4 nouveaux prétendants pour réformer le football

le
0
FIFA : 4 nouveaux prétendants pour réformer le football
FIFA : 4 nouveaux prétendants pour réformer le football

Contrairement à 2007 et 2011, Sepp Blatter devra faire campagne contre plusieurs adversaires pour conserver son trône. Même si ses adversaires ne semblent a priori pas en mesure de le faire tomber, cette recrudescence des candidatures démontre que le football va mal et qu'il doit changer.

28 août 2014, Michel Platini renonce à briguer la présidence de la FIFA dont les élections devraient se tenir en mai 2015. Désigné comme seul adversaire crédible de sa sainteté Sepp Blatter, le Français préfère se concentrer sur un nouveau mandat à l'UEFA, laissant ainsi le président sortant seul dans la course à sa succession comme ce fut le cas en 2007 et en 2011 (même si, il y a quatre ans, Mohamed Bin Hammam s'était présenté avant de retirer sa candidature pour des supposés actes de corruption). Du moins, c'est comme cela que tout le monde imaginait le prochain scrutin. Entre temps, cinq adversaires se sont dressés sur le chemin du souverain suisse : Van Praag, Figo, Ben Al-Hussein, Champagne et Ginola (qui s'est finalement retiré). Pourquoi, alors que cette élection n'a presque jamais suscité d'intérêt particulier, se retrouve-t-elle avec autant d'aspirants ? Sans doute parce que tout le monde en a marre de voir la FIFA dirigée par le même homme.

S'il venait à être réélu, Sepp Blatter atteindrait la barre des 20 ans de mandat en 2018. C'est beaucoup. C'est trop. Surtout pour un homme que l'on dit corrompu depuis la fin du siècle dernier (Farah Ado, alors président de la fédération somalienne, se serait vu proposer 100 000 dollars en échange de sa voix pour le Suisse en 1998) et qui n'a fait qu'accumuler les casseroles en 17 années de mandat. L'attribution des prochains mondiaux à la Russie et au Qatar et les pratiques dénoncées au sein de la fédération internationale ont fait déborder le vase. Il faut nettoyer la FIFA, entend-on ici et là. Est-elle réellement sale au point qu'on l'imagine ? Probablement. Elle l'est en tout cas suffisamment pour qu'un groupe dissident se forme (New FIFA Now) et que d'anciens artistes du ballon rond (Ginola avant de se retirer, Figo) désirent reprendre le bébé, leur bébé, en main. Si la volonté de rafraîchir l'institution existe, il sera néanmoins très dur de détrôner la "Blatte". Et puis qui nous garantit que les aspirants feront mieux que le maître ?
Les candidats
  • Luis Figo
    - Qui es-tu Luis ? Inutile de faire les présentations. Le Portugais est le dernier à s'être dressé sur la route du champion sortant, bien qu'il ait pris la décision de se présenter à la présidence de la fédération "il y a quatre mois", dixit lui-même. Il a reçu le soutien de six...





  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant